Pour une véritable politique de la Famille !

Publié le par Christian Vanneste

Etonné par l'absence d'un Ministère de la Famille, ce qui est une première depuis bien longtemps, j'ai demandé, pour ma première Question écrite, au premier Ministre des explications. J'attends sa réponse avec impatience. Voici ma QE :

Type de questions QE
Ministère interrogé : PMI - Premier ministre

Question n° 18-00255 : du :date non fixée

M. Christian Vanneste attire l'attention de M. le Premier ministre sur l'absence de Ministère consacré à la Famille au sein du Gouvernement. De nombreuses associations familiales sont inquiètes. Il aimerait donc connaître les raisons de cette absence alors même que la politique familiale a été au coeur de la campagne de Nicolas Sarkozy.

Publié dans France

Commenter cet article

VALANTIN 24/09/2007 10:06


IL FAUT MODIFIER LA LOI DE 2002- URGENT-
Une mère battue condamnée pour s'être cachée avec ses enfants  La loi de 2002 et son article 373-2, assigne à résidence des mères et des enfants, même en cas de violence manifeste....au nom du "respect de l'autre parent" !!!!!!

La loi de 2002 et son article 373-2, assigne à résidence des mères et des enfants, même en cas de violence manifeste....au nom du "respect de l'autre parent"
Retour sur la  loi du 4 mars 2002 et son article 373-2:
 “ Tout changement de résidence de l’un des parents qui modifie les modalités d’exercice de l’autorité parentale doit faire l’objet d’une information préalable et en temps utile de l’autre parent. En cas de désaccord, le parent le plus diligent saisit le juge aux affaires familiales qui statue selon ce qu’exige l’intérêt de l’enfant ” (art. 373-2).
Pour des cas particuliers mis en avant par SOS papa, L'ENSEMBLE DES MERES SONT FRAGILISEES PAR LA LOI, EN CAS DE VIOLENCE ELLES DOIVENT DORENAVANT DONNER LEUR ADRESSE A LEUR BOURREAU, SINON C'EST LA CONDAMNATION!!!
 
La réalité de son application (article Est Républicain) 27 /07 /07
Une mère battue condamnée pour s'être cachée avec ses enfants
Une mère victime de violences conjugales qui s'était réfugiée auprès d'une association avec ses enfants, à l'insu de son mari, a été condamnée hier à trois mois de prison avec sursis par le tribunal correctionnel de Dunkerque (Nord), qui a relaxé l'association.La mère, qui était poursuivie par son mari, devra en outre verser 800 euros de dommages-intérêts pour ne pas avoir communiqué au père sa nouvelle adresse lorsqu'elle avait été recueillie du 1er janvier au 4 août 2004 par l'association Sedire à Dunkerque.Poursuivies, elles aussi, pour « soustraction d'enfants », l'association et sa présidente au moment des faits ont en revanche été relaxées.Lors de l'audience du 22 juin, le procureur Philippe Olivier n'avait pas requis de peine précise à l'encontre des prévenues, laissant le tribunal « apprécier » si « l'état de nécessité » pouvait être invoqué dans l'affaire.Hospitalisée en 2003 après avoir été victime de violences de la part de son mari, la prévenue condamnée, Aynour B. avait été orientée par les services sociaux vers l'association d'aide aux femmes battues Sedire.
« Délirant »
Elle avait déposé plainte pour violences mais celle-ci avait été classée sans suite, malgré l'ouverture d'une information judiciaire, en raison du départ de son mari en Turquie.La directrice de Sedire au moment des faits, Mauricette Sauvignon, s'est dite « satisfaite d'être relaxée mais déçue » pour la mère condamnée. La conséquence de cette décision « par rapport aux femmes est vraiment terrible : cela veut dire qu'on ne peut pas partir, se mettre à l'abri sans communiquer à son mari qui est violent où on se trouve », a-t-elle ajouté. « C'est complètement délirant ».
Article Est Répubicain du 27/07/07
une pétition est mise en ligne par l'association pour soutenir cette jeune femme.  http://www.sedire.fr/spip.php?article21#forum11

la soeur de Bianca 26/07/2007 19:21

Entendu à la radio :
une femme vient d'être condamnée par la justice : elle avait déménagée avec ses enfants, aidée par une association, pour échapper à un mari violent.

la soeur de Bianca 26/07/2007 09:32

Merci Louis.
 Barbara.

Louis 26/07/2007 00:40

Pour information :
Pour répondre au problème du divorce, Benoît XVI encourage la prévention et l'ccompagnement
Rencontre avec un groupe de prêtres dans les DolomitesROME, Mercredi 25 juillet 2007 (ZENIT.org) – Dans une société dans laquelle le divorce prend des proportions inquiétantes, Benoît XVI demande aux communautés catholiques de développer la « prévention » et « l’accompagnement ».Le pape a rencontré, hier, mardi, quelque 400 prêtres des diocèses de Belluno-Feltre et Trévise, dans l’église de sainte Justine martyre, près de Lorenzago di Cadore où il poursuit ses vacances jusqu’à vendredi. Il a répondu aux questions posées par dix d’entre eux.Répondant à une question sur le divorce, le pape a expliqué que la grande nouveauté du phénomène du divorce, par rapport au passé, est que celui-ci fait désormais partie de la vie d’un très grand nombre de personnes ; il est ainsi devenu une chose normale et ternit la vision du mariage indissoluble.« Le Droit canon suppose que l’homme en tant que tel, même s’il ne possède pas une grande instruction, ait l’intention de réaliser un mariage selon la nature humaine, comme il est indiqué dans les premiers chapitres de la Genèse. Il est homme, il possède une nature humaine et sait par conséquent en quoi consiste le mariage ».« Mais aujourd’hui, cet axiome selon lequel l’homme entend faire ce qui est dans sa nature, un mariage unique, fidèle, se transforme en un axiome un peu différent » car le divorce est une expérience vécue par « les autres ».« Ce n’est plus tout simplement la nature qui parle mais les ‘ceteri homines’ [les autres hommes, ndlr], ce que fait tout le monde » et « ce que font les ‘ceteri homines’ est se marier avec l’idée qu’un jour le mariage puisse ne plus marcher et que l’on puisse ainsi passer à un autre, à un troisième et à un quatrième mariage ».« Ce modèle ‘comme fait tout le monde’ devient ainsi un modèle en opposition avec ce que dit la nature ».Pour cette raison, le pape considère que « pour aider les personnes à parvenir réellement au mariage, non seulement au sens de l’Eglise mais du Créateur, nous devons réparer la capacité d’écouter la nature ».« Redécouvrir derrière ce que tout le monde fait, ce que nous dit la nature elle-même, qui ne parle pas comme cette habitude moderne. Elle nous invite, en effet, au mariage pour la vie, dans une fidélité pour la vie, également avec les souffrances que comporte le fait de grandir ensemble dans l’amour ».Benoît XVI encourage la promotion de « cours de préparation au mariage », « un chemin de redécouverte, pour réapprendre ce que nous dit notre être, aider les personnes à parvenir à une véritable décision pour le mariage selon le Créateur et selon le Rédempteur ».« Mais la préparation ne suffit pas, les grandes crises viennent après », a reconnu le pape.C’est pour cette raison qu’il insiste sur l’importance de l’accompagnement « au moins pendant les dix premières années » du mariage.« Que les prêtres, mais aussi les familles qui ont déjà fait ces expériences, qui connaissent ces souffrances, ces tentations, soient présents dans les moments de crise », a exhorté le pape.Benoît XVI encourage le développement de réseaux de familles qui puissent s’entraider. Il précise que « différents mouvements peuvent apporter une grande contribution », dans « cette situation moderne dans laquelle tout va contre la fidélité à la vie ».En cas « d’échec », le pape rappelle que s’il n’existait pas la volonté « au sens du sacrement » de vivre le mariage indissoluble, « il y a éventuellement le procès pour la déclaration de nullité ».« S’il s’agissait d’un mariage authentique et que les personnes ne peuvent par conséquent pas se remarier, la présence constante de l’Eglise aide ces personnes à supporter une autre souffrance », celle de « vivre dans un lien nouveau, mais pas le lien sacramentel, qui ne permet donc pas la pleine communion dans les sacrements de l’Eglise ».« Il faudrait ici enseigner et apprendre à vivre avec cette souffrance », a-t-il précisé.Le pape a ajouté que « dans cette deuxième situation également, la présence du prêtre, des familles, des mouvements » est « extrêmement importante », ainsi que « l’amour du prochain, un amour très spécifique ».« Et je crois que seul cet amour sincère de l’Eglise, qui se réalise à travers un accompagnement diversifié, peut aider ces personnes à reconnaître qu’elles sont aimées du Christ, qu’elles sont membres de l’Eglise même si elles se trouvent dans une situation difficile, et les aider à vivre ainsi la foi », a conclu le pape.

MONTEAU PATRICK 19/07/2007 13:17

@BERTRAND
Mais non si le mec de 55 ans est gentil et convenable bien sur qu'il pourra être mon ami:)