La comédie de la Liberté.

Publié le par Christian Vanneste

Par Philippe Bilger, avocat général à la cour d'appel de Paris (à lire dans Valeurs Actuelles de cette semaine ici)

" Quand les professions de moralité remplacent le débat.
Les totalitaires du Bien s’érigent en juges de la décence des opinions plutôt que de leur justesse.

A force d’écrire sur la liberté d’expression, de tenter modestement, avec d’autres, de théoriser à son sujet, j’ai perdu une illusion. Elle n’est pas souhaitée, dans sa plénitude, par tous. On préfère souvent des accommodements avec la vérité à la tension inévitable d’une parole obsédée par celle-ci.


D’ailleurs, pourquoi s’en étonner ? Pour peu qu’on veuille prendre au sérieux la pensée et ne pas se contenter de décrire ou de commenter, l’exercice est rude. Comprendre que le langage, les mots ne constituent pas des outils dérisoires pour transmettre l’insignifiant mais un privilège pour approcher le cœur des choses et des êtres représente un effort que le commun des mortels n’est pas prêt à assumer. Aujourd’hui, le banal et le conventionnel ont fabriqué un mode d’expression qui leur ressemble et celui-ci a naturellement favorisé la bienséance, voire la pauvreté de l’esprit.


Existe une volonté sinon d’exclure le vrai débat du moins de ne jamais l’aborder de plein fouet, en totale lucidité. Elle a pour conséquence la dégradation de toutes les controverses d’envergure en professions de moralité. On peut, en effet, constater que devant les polémiques tenant aux problèmes politiques, sociaux ou historiques, l’important n’est plus de déterminer qui a raison ou tort, quelle conception est la plus proche de la vérité ou la plus absurde, mais seulement de savoir si on avait le droit d’écrire ou de proférer ce qui a fait scandale pour la minorité arbitre des élégances et de l’éthique, plus mondaines qu’authentiques. Cette démarche revient à faire payer une sorte de dîme à tous ceux qui osent s’aventurer dans ces espaces trop dangereux pour être confiés à n’importe quelle intelligence. Les totalitaires du Bien désirent vérifier la moralité de ceux qui prétendent aborder d’autres thèmes que ceux de la pluie et du beau temps. Il convient de manifester, avant même de profiter de la liberté de sa pensée, qu’on partage cette pétition de principe qu’une opinion doit être plus décente que juste.


Par exemple, à la télévision, tout artiste est grillé qui ne se déclare pas d’emblée hostile à Le Pen et Bush. Je n’évoque pas ce média par hasard car il se révèle, dans le registre du sérieux et du grave, une caricature des vices de notre modernité. Des débats apparents y sont menés, entrecoupés de rires forcés et ponctués par des approximations. Sur eux plane ce credo unique teinté d’un vague progressisme, de révérence à l’égard des célèbres, des forts et des puissants, de dérision sur les faibles de personnalité et de parole. C’est un monde qui se joue la comédie et qui croit qu’elle va plaire à tous. C’est une glace sans tain : on regarde la télévision mais elle ne nous regarde pas.


La liberté d’expression ne nous coûte rien tant qu’elle n’a pas à être mise en œuvre au service des causes et des personnes pour lesquelles il faut se battre par principe quand on ne les aime pas. Et on est tout seul pour soutenir que le principe de la liberté d’expression, lien social et ciment de la démocratie, devrait être plus protégé que les mille communautarismes qui se partagent ses dépouilles parce que l’État et les parlementaires le veulent bien. La loi Gayssot, les lois mémorielles et de repentance, la loi contre l’homophobie sont ou des lois de bonne conscience opportuniste ou des textes clientélistes. Ils divisent la France au lieu de l’unir.


Chacun ne rêve que de liberté pour lui et ne s’enorgueillit plus de sacrifier sa conviction pour mieux favoriser le droit à la parole des importuns et des audacieux : ceux qui introduisent de la dissidence et de la pluralité dans nos discours uniques. Où sont donc passés les intellectuels d’antan ? On pouvait les détester idéologiquement mais on éprouvait de l’estime, du respect pour eux qui ne se couchaient pas aux pieds du Pouvoir. Hier, la solitude de l’intellectuel c’était sa fierté même quand il tentait de se rapprocher des masses pour faire “peuple”. Aujourd’hui, nos essayistes et nos vagues philosophes ont abandonné les causes désespérées parce que, pour eux, elles ne sont plus les plus belles ni les plus rentables. Amis avec tous les pouvoirs, ils ne sont plus brouillés avec personne qui compte.


La liberté d’expression qui se meurt en France, ce n’est pas le Darfour. Défendre Battisti, ce criminel qui sait écrire, c’est tellement plus gratifiant que de soutenir Christian Vanneste, ce député brillant voué à des gémonies scandaleuses parce que des associations militantes ont dicté leur loi à son sujet.


On comprend mieux le succès des blogs quand on voit l’état de notre société. On a besoin de leur respiration, de leur oxygène dans un monde où trop de fausses gloires et d’injustices prospèrent. Les médias, à supposer qu’ils le veuillent, ne sont plus à la hauteur de cette tâche de salubrité républicaine. Le citoyen doit s’y mettre. "

Par ailleurs, je vous engage à lire l'excellente remarque de Michel JANVA ici.

Je vous souhaite à tous et à toutes un excellent week-end !

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Louis 27/07/2007 21:04

Pour info :
Seuls les chrétiens authentiques sont crédibles dans l'annonce de l'Evangile, affirme Benoît XVI
Rencontre avec les prêtresROME, Vendredi 27 juillet 2007 (ZENIT.org) – Seuls les chrétiens authentiques sont crédibles dans l’annonce de l’Evangile, affirme Benoît XVI qui voit la présence de Dieu dans les familles « pénétrées de la foi ».C’est ce qu’il a déclaré mardi dernier à Auronzo, dans les Dolomites, lors d’une rencontre sous forme de questions-réponses avec 400 prêtres des diocèses de Belluno-Feltre et Trévise.« Le christianisme n’est pas un ensemble extrêmement compliqué de dogmes, tellement nombreux que personne ne peut les connaître tous ; il n’est pas réservé aux intellectuels qui peuvent étudier toutes ces choses. C’est une chose simple : Dieu existe et Dieu est proche en Jésus Christ ».Porter Dieu aux autres, a-t-il expliqué, « implique surtout, d’une part l’amour et de l’autre, l’espérance et la foi ».« Par conséquent, la dimension de la vie vécue, le meilleur témoignage du Christ, la meilleure annonce, est toujours la vie de chrétiens authentiques », a poursuivi le pape.« Lorsque nous voyons comment des familles, pénétrées de la foi, vivent dans la joie, comment elles vivent également la souffrance dans une joie profonde et fondamentale, comment elles aident les autres, comment elles aiment Dieu et le prochain, je crois que ceci est aujourd’hui la plus belle annonce », a déclaré Benoît XVI.Le pape a expliqué que pour lui, l’annonce la plus réconfortante est toujours de voir des familles et des catholiques en général « pénétrés de la foi ». « La présence de Dieu resplendit vraiment en eux », a-t-il ajouté.

thibal 17/07/2007 16:00

@ Jpaul,je suis catholique pratiquant. Et parceque je le suis je vois en chaque homme un frere dans le Christ... du plus grand pecheur au plus vertueux je le vois comme tel. Dieu aime chacun d'entre nous de maniere demesuree: Il a donne Son propre Fils pour nous sauver - chaque homme chaque femme!Vous pouvez desaprouver (comme tous ici) le comportement de ces pretres americains... L'important, si je puis dire n'est pas la. L'important c'est le Christ. J'aimerais vous dire combien il nous aime tous et je vous invite a lire les evangiles, et apres a juger l'Eglise. Celle-ci est perfectible bien entendue; nous, catholiques, en sommes les premiers conscients, mais nous savons aussi combien elle est sainte.

la soeur de Bianca 17/07/2007 15:43

Pour ma part,je me réjouis que malgré tout le battage médiatique pour promouvoir l'homosexualité, il y ait eu au moins un homosexuel pour s'en sortir. C'est un espoir pour d'autres.
Maintenant concernant le mal il est partout et les pédophiles sont parmi les plus malin pour passer à travers les mailles du filet et s'infiltrer dans les milieux où ils pourront assouvir leurs pulsions. Pouquoi ne parlez-vous que de ceux qui ont réussi à s'infiltrer dans la prétrise ?

jpaul 17/07/2007 14:41

Ce n'est pas parce que quelques catholiques ont eu des torts graves que la doctrine catholique est fausse de A à Z, que l'enseignement du Christ est à jeter aux orties  et que tous les catholiques ont tort tout le temps !Vous avez des raisonnements vraiment étonnants.Quelques catholiques vous ites?Mais mon cher je pense avant tout aux victimes de ces prêtres ,victimes qui sont ici au nombre de 500 pour un seul état! Je me fiche royalement de la doctrine dans ce cas et je me fiche encore plus de ceux qui au nom de cette doctrine songeraient à me guérir d'une maladie inexistante!Mon opinion sur cette église qui se dit la seule vraie église est toute faite et les quelques blogs de chrétiens très à droite si prompts à vomir les homos sont bien à mal avec leur ridicule article sur cette "miraculeuse guérison d'homo"!Et ce n'est pas la messe en langue morte qui va fair fuir le ver qui est dans le fruit!Dire que cette même église ne cesse de parler de l'immoralité des relations hors mariage ou homos!BEURK!

Pro-V. 17/07/2007 14:24

@ Informateur :Comment pouvez-vous poster une nouvelle aussi peu politiquement et gayment  correcte que celle d'un ex-militant homo disant  que la sortie de l'homosexualité a été une chose absolument merveilleuse pour lui ?......... Vous allez être la proie de toutes les sirènes indignées et haldesques du club homo jusqu'à la fin des temps !...