Vivement Dimanche !

Publié le par Christian Vanneste

L’extension de l’ouverture dominicale des commerces n’est évidemment pas consensuelle, et pose, à l’inverse, de graves questions. Si, de fait, il ne peut s’agir d’interdire le travail dominical régulièrement pratiqué aujourd’hui, on doit, préalablement à toute volonté de libéraliser l’ouverture le dimanche, poser a minima trois questions.


Quel intérêt économique ? Il est dit qu’ «ouvrir les magasins le dimanche, c’est créer 30 000 emplois». À cela, plusieurs études, dont celle du Conseil économique et social, répondent que l’acte d’achat ne serait que transféré de la semaine au dimanche. Les sites qui ouvrent le dimanche perdent ainsi 30 % de leur activité du samedi. Les 30 000 emplois «créés» ne seraient que transférés de la semaine au week-end. D’autres études montrent qu’à consommation égale, un emploi du dimanche supprimera trois emplois de la semaine. La menace portera également sur ceux qui travaillent déjà ce jour-là, notamment les multiples petits commerces de proximité dans nos centres-villes ou dans nos centres-bourgs en milieu rural.


La logique économique implique un lien entre augmentation de la consommation et celle du pouvoir d’achat. Or la hausse de celui-ci ne se décrète pas par l’ouverture des magasins le dimanche. À l’instar des heures de temps libre dégagées par les 35 heures, l’ouverture des magasins le dimanche risquerait plutôt de créer des frustrations et du surendettement.


Quel impact sur notre société ? «Ouvrir les magasins le dimanche, c’est donner une liberté supplémentaire aux individus, un jour de consommation en plus par semaine !» Et voilà comment on passe du dimanche chômé, acquis social obtenu de haute lutte au XIXe siècle, au dimanche chômé, menace pour la liberté individuelle des consommateurs. «Si nos concitoyens ont envie d’acheter le dimanche, qu’ils achètent ! Ouvrez tous les jours, le marché reconnaîtra les siens.» L’argument est difficilement recevable : les consommateurs y sont plus souvent favorables que ceux qui pourraient être appelés à travailler ce jour-là ! Or ouvrir les magasins le dimanche ne touchera pas que les commerçants. Il faudra trouver des modes de garde pour les enfants. Qu’en sera-t-il des services bancaires indispensables à l’activité commerciale ? Faudra-t-il livrer les magasins le dimanche ? Le travail le dimanche ne se fera que sur volontariat, nous dit-on. Comment peut-on y croire ? Chacun sent très bien que l’ouverture des commerces le dimanche est un «pied dans la porte» en vue d’une ouverture générale de l’activité professionnelle. Qu’en sera-t-il alors de toutes les activités dominicales, non seulement des cultes, mais également les activités sportives, associatives, familiales… ? N’est-il pas préférable de limiter la consommation pour conserver ces moments de fraternité qui donnent à la vie son sens ? Le travail le dimanche, c’est une menace pour la vie familiale, amicale et associative. Pourquoi mettre en danger ce moment essentiel ?


Quel sens donner à une telle revendication ? C’est en effet là qu’est la vraie question. L’homme contemporain est-il uniquement un «individu consommateur» ou est-il encore l’animal social que définissait Aristote ? S’il n’est que consommateur, ouvrons les magasins le dimanche sans limite. Si l’homme se construit par les relations qu’il tisse avec ses semblables, posons-nous la question de maintenir un jour dans la semaine en vue de faciliter cette construction.


«Les Français qui le veulent pourront ne pas consommer le dimanche. Il n’y a aucune obligation, mais une nouvelle offre proposée», affirment enfin les partisans de l’ouverture. Peut-être.


Sans tomber dans l’excès d’une règlementation trop lourde, il est ici nécessaire de fixer des limites au travail dominical. La préservation de la gratuité des relations est à ce prix ; et sans doute également la préservation de la vie familiale, qui n’a vraiment pas besoin d’être affaiblie !


Ce texte, initié par le député Marc LE FUR, est cosigné par des députés de la majorité présidentielle : Jean-Paul ANCIAUX, Thierry BENOÎT, Jean-Claude BOUCHET, Françoise BRANGET, Xavier BRETON, Yves BUR, Jean-François CHOSSY, Dino CINIERI, Jean-Yves COUSIN, Jean-Louis CHRIST, Marie-Christine DALLOZ, Laure de LA RAUDIERE, Lucien DEGAUCHY, Jean DIONIS DU SEJOUR, André FLAJOLET, Daniel GARRIGUE, Hervé GAYMARD, Philippe GOSSELIN, Michel GRALL, Jean-Pierre GRAND, Arlette GROSSKOST, Antoine HERTH, Michel HUNAULT, Guenhael HUET Fabienne LABRETTE-MENAGER, Marguerite LAMOUR, Jacques LE GUEN, Céleste LETT, Lionnel LUCA, Jean-Philippe MAURER, Christian MENARD, Didier MESLOT, Philippe MEUNIER, Jean-Marie MORISSET, Jean-Marc NESME, Étienne PINTE, Jean-Frédéric POISSON, Jean-Luc REITZER, Jacques REMILLER, Bernard REYNES, Michel SORDI, Alain SUGUENOT, Éric STRAUMANN, Michel TERROT, Jean UEBERSCHLAG, Christian VANNESTE, Patrice VERCHERE, Michel VOISIN, Marie-Jo ZIMMERMANN.

♦ Tribune parue dans Le Figaro, 21 novembre 2008

Commenter cet article

seb 26/11/2008 07:31

--Dissolution de Gay  Lib : l'UMP se tâte
A en croire certains militants UMP sur leur blog,  et quelques députés qui s'en sont fait l'écho,  beaucoup ont écrit ces derniers jours ou appelé, pour demander la dissolution de Gay Lib notamment après les communiqués virulents de Gay Lib envers des parlementaires défendant la Famille (oui çà existe...C'est rare, mais il en reste)
--L'UMP toujours pas clair sur la Famille
Après de nombreuses hésitations (L'Assemblée Nationale disant oui puis non, le Sénat idem)...le Sénat a adopté pour les familles nombreuses, la "réduction" du malus automobile pénalisant l'achat de véhicules polluants.
 "Le Sénat a entériné hier soir la réduction du malus automobile pénalisant l'achat de véhicules polluants pour les familles nombreuses, prévue dans le projet de budget 2009, et exonéré les personnes handicapées du malus.
Un amendement du gouvernement précisant les modalités du dispositif de réduction a été adopté. Il précise notamment que le remboursement de la réduction de malus obtenu par les familles nombreuses sera fait sur l'avis d'impôt sur le revenu du redevable de la taxe."
Donc résumons : les familles nombreuses (qu'en principe on doit encourager...Démographie exige) seront taxés parce malheureusement, pour l'heure, les voitures avec plusieurs places, sont plus polluantes que celles à deux, ou trois places ! Que ce "non choix" induise l'obligation pour lesdites familles de prendre une voiture considérée "polluante" ne fait rien à l'UMP ! Ce ne sont pas les constructeurs qui ne sont pas encore à faire des voitures familles nombreuses propres qu'il faut encourager...Ce sont...Les familles qu'il faut taxer !
Cette mesure est beaucoup moins avantageuse que l'amendement initialement déposé par le député UMP Marc Le Fur. En outre, la réduction ne se fera que par remboursement "sur l'avis d'impôt sur le revenu du redevable de la taxe" Bref, une belle usine à gaz en perpective...!
Il faut néanmoins savoir que l'amendement de Marc Le Fur (UMP) a été à nouveau proposé au Sénat par Nicole Bricq qui appartient au groupe...PS et qu'il a été rejeté par l'UMP.(En première lecture, il avait été adopté...Comme quoi, le choix de nos parlementaires se résument à "qui présente l'amendement" !)
Allez, bon ! Je me demande si je ne vais pas écrire au sénateur PS et au député UMP pour qu'il propose ensemble cet amendement. Sait on jamais : peut être PS et UMP...Pour une fois...Voteront ils pour un texte...Et non à la tête de celui qui propose un amendement !
Je garde espoir, même si les propos du rapporteur UMP de la commission des Finances du Sénat, Philippe Marini, à propos de l'amendement initial sont peu glorieux  :
" il existe déjà des instruments appropriés pour la politique familiale"
Lesquels ? 

CGPME 25/11/2008 16:39

Monsieur le Député,
 
Dans le contexte de crise actuel et sous couvert de création d’emploi au profit du pouvoir d’achat des Français, le gouvernement a relancé le débat sur le travail dominical.
 
Dans la perspective de la proposition de loi déposée par le député des Bouches-du-Rhône M.Richard MALLIE modifiant le régime des dérogations au repos dominical, la CGPME tient à vous rappeler qu’elle partage les réserves exprimées par de très nombreux parlementaires.
 
Depuis plusieurs années, la Confédération est opposée à la généralisation de l’ouverture dominicale.
 
En effet, les commerçants, qui sont très présents dans les rangs de la CGPME, sont préoccupés par le coût qu’engendrerait pour eux une telle libéralisation (salaires, charges de fonctionnement…). Ces coûts non assimilables par le commerce de proximité, entraineront de facto une situation plus favorable à la grande distribution et fragiliseront un acteur indispensable à la création d’emploi pérenne et à l’aménagement de nos territoires.
 
Par ailleurs, le pouvoir d’achat des consommateurs n’étant pas extensible, il est évident que les achats dominicaux se substitueront aux achats en semaine déplaçant ainsi les parts de marché des centres-villes vers la périphérie. L’intérêt économique et social de la généralisation de l’ouverture dominicale est donc contestable.
 
Aussi,  même si la Confédération a conscience des problèmes que peuvent générer des sites tels que Plan de Campagne ou encore Thiais Village, elle considère qu’on ne peut légiférer uniquement dans le but de légaliser ces situations risquant par là-même de mettre en péril la richesse de notre tissu commercial, basée sur une économie de proximité.
 
Vous remerciant de l’intérêt que vous voudrez bien porter à ces observations,
 
Je vous prie de croire, Monsieur le Député, à l’assurance de mes salutations distinguées.
 
 
                                                                             Jean-François ROUBAUD
                                                                                Président de la CGPME

seb 24/11/2008 19:52

BRAVO !!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!
Merci de défendre la famille.
Sinon...Au sein de l'UE, la Démocratie n'est vraiment pas bienvenue !
**Lisbonne : l'Irlande victime d'un chantage au commissaire.www.openeurope.org.uk/med...**Le ministre irlandais des affaires européennes : "La première leçon à tirer des référendums... c'est de les éviter."Il pourrait tout aussi bien remplacer "référendum" par "démocratie", au point où il en est !openeuropeblog.blogspot.c...**Coopération renforcée Intéressant : le mécanisme de "coopération renforcée" ('créé par Maastricht) va être mis en oeuvre pour la première fois, pour harmoniser les règles sur le divorce. 8 pays, le minimum requis par l'UE, y participent, la plupart de taille moyenne.blogs.ft.com/brusselsblog...
**Agenda Le programme de l'UE cette semaine. Dominante : le plan de relance de la Commission, officiellement adopté mercredi. Barroso annonce une "expansion budgétaire" fédérale.Jeudi et vendredi se réunit le Conseil justice et affaires intérieures, dominé par la lutte contre le terrorisme.Concernant Lisbonne : le travail au corps vis-à-vis de l'Irlande continue, avec une rencontre entre Pöttering et le ministre des affaires étrangères irlandais. Surtout, la cour constitutionnelle tchèque doit statuer demain sur les conséquences constitutionnelles de Lisbonne. euobserver.com/9/27159www.ue2008.fr/PFUE/lang/f...www.lejdd.fr/cmc/scanner/...**PAC Mini-réforme de la PAC : The Economist est sceptique sur la volonté de remettre en cause l'agro-socialisme. Il note que dans 10 des 22 régions françaises, les aides directes de l'UE représentent 100% des revenus agricoles nets.Mais n'en concluons pas que l'agriculture française aurait un besoin vital de l'UE : aides agricoles inclues, la France reste un contributeur net à l'UE.www.journaldunet.com/econ...www.economist.com/world/e...
Je sens que les élections européennes vont être géniales ! D'autant que...Mme Moreno veut "européaniser" la famille...Mais dans un sens minimaliste (alors que la politique familiale marche bien en France!)...Avec comme première mesure : le mariage gay !
Sinon...Est ce que le groupe UMP a ENCORE changé d'avis concernant l'amendement sur la taxe écolo pour les familles npmbreuses ? Un jour adopté, l'autre jour repoussé. Les parlementaires se parlent ils...Quelque fois...Au Parlement ?