Quand le danger vient de l'hopital...

Publié le par Christian Vanneste

J’ai été alerté par le dernier bilan des autorités sanitaires, concernant le nombre considérable de personnes touchées par les maladies nosocomiales dans le Nord-Pas-de-Calais.

Depuis janvier 2006, quatorze personnes sont décédées suite à une infection contractée dans nos hôpitaux ; et je souhaite vivement qu’une étude soit faite, tant au niveau de la région qu’au niveau national afin de savoir s’il n’existe pas d’autres cas isolés.

Malgré l’existence de mesures de prévention, la désinfection des mains par exemple, ou bien l’interdiction du port de bijoux, il est regrettable de constater que les métiers de l’hygiène ne sont pas reconnus au sein des services hospitaliers.

La prise de conscience du risque infectieux chez les usagers commence à voir le jour, c’est pourquoi, il serait souhaitable de penser à une politique de prévention et d’éducation aux pratiques de bon usage des antibiotiques, qui favorisent le développement de ces maladies.

Me sentant particulièrement touché par cette question, j’ai interrogé le Ministre de la Santé sur les mesures qu’il envisage de prendre pour lutter contre le développement de ces maladies dans la région Nord-Pas-de-Calais ainsi que sur l’avancée des études concernant leurs origines.
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

elroy 03/09/2006 20:31

les maladie nosocomiale ne sont pas une maladie mais le terme regroupant toute les maladie opportunistes regnant dans un hopital.
et elle touche de façon égale toute les institutions médicale. et ce n'est pas le lavage de mains qui en ait la cause c'est bien plus subtil que ça

En ce qui concernne la fameuse gestion de l'hopital publique apprennez que les clinique ne sont pas mieux gérer. Et qu'une ami à moi a travailler comme preleveuse dans un labo prive qui sous-traitait pour de nombreuses institution privée et publique.Selon elle le publqiue vaut cent fois le privé

Jacques Heurtault 03/09/2006 15:22

Sait-on, précisément, dans quel genre d'hôpitaux cette maladie se développe? Touche-t-elle indiffemment les hôpitaux publics et les hôpitaux privés? S'il devait y avoir une différebciation statistique à la défaveur de l'hôpital public, il faudrait bien entirer les conséquences.Nul n'ignore, en effet, que les hôpitaux publics sont mal gérés. Certes, il y eu de très gros efforts entrepris pour redresser la situation globale. Mais on encore loin du compte.