Marina Petrella ne sera pas extradée : choc !

Publié le par Christian Vanneste

(…) Plus virulente encore est la réaction de Christian Vanneste, député UMP du Nord : «Je suis très choqué, pas seulement par la décision mais par l’attitude de la France depuis le début de cette affaire. Notre pays a accueilli et protégé une meurtrière qui n’a jamais exprimé le moindre remord et qui n’a pas donné l’identité de ses complices. Elle a lutté contre la démocratie. On sent le poids énorme des milieux ‘gauchistes’», confie-t-il. (…)

Le Figaro.fr

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

teron 20/10/2008 05:40

Allez vous cessez de toujours vous plaindre, de vous congratuler a chaque fois que prenez la paRole, d'avoir deux son de voix, une langue de bois longue comme un darcoss, UMP un mouton de plus...soyer courageux pour une fois, ouvré les yeux vous ne pourrai plus dire qu,il fait nuit et peut-être que des gens de gauche pourront vous entendre et pour une fois la France ne sera pas siffler, pragmatique oui, C.. non! Salut citoyen

seb 14/10/2008 23:18

Nicolas Sarkozy nous explique que la France doit poursuivre son engagement en Afghanistan pour lutter contre le terrorisme et en accepter les pertes éventuelles.
D'autre part, le même Nicolas Sarkozy décide de ne pas extrader l'ancienne membre des Brigades rouges, Marina Petrella, vers l'Italie entrainant la colère des Italiens. Pour cela, il invoque "la clause humanitaire".
Vous avez dit "lunatique" ?
Au moins, les terroristes du monde entier sont maintenant au courant. Le premier d'entre eux, Oussama Ben Laden, si il est vraiment malade, peut venir se réfugier en France ; il ne sera pas extradé vers les Etats-Unis en raison de cette clause humanitaire !
D'ailleurs, outre son caractère choquant, la raison évoquée par Monsieur Sarkozy (mauvaise santé) semble fausse !
Le ministre italien de la Défense, Ignazio La Russa, doute des « motivations humanitaires » avancées par Nicolas Sarkozy et la famille de sa femme pour refuser l’extradition de la terroriste d’extrême gauche, Marina Petrella. Le ministre a en effet visionné des images vues à la télévision, où la meurtrière apparaît « bien reposée » et en « meilleure forme » que le ministre italien !
Ne serait ce là encore, qu'une décision "sentimentale" inspirée cette fois ci par "Carla" ?
Comparons un instant !
Marina Petrella : italienne, terroriste d’extrême-gauche ayant fui la justice italienne, convaincue du meurtre d’un commissaire de police, de séquestration et d’agressions diverses. Mariée à Hamed Merakchi, amie de la belle-sœur du président de la république. Soutenue par l’extrême-gauche. Ne sera pas extradée
Loïc Sécher : français, ouvrier agricole, en prison depuis 5 ans pour un viol qu’il a toujours nié. La victime s’est rétractée officiellemment il y a 6 mois.
Ha pardon ! Loic Secher...N'a pas pour ami...Lui...La belle soeur, la belle mère, la tante, le cousin, le fils, la fille, de Monsieur Sarkozy !
Ce n'est plus "que vous soyez riche ou pauvre, vous serez traité différemment"...Mais "que vous soyez ami d'un membre de la famille de Nicolas Sarkozy ou pas...Votre sort sera différent" ! Quelle belle Démocratie...Bananière ? Pauvre France ! Voilà qui est choquant en effet ! Serait il possible, éventuellement, que vous deveniez "l'ami" de Monsieur Secher ? Comme vous êtes "l'ami" du Président...Et que Monsieur Secher sera le vôtre...Selon la règle de "les amis de mes amis sont mes amis"...Peut être le Président consentira t il à...Expier les "fautes" d'un innocent...Puisqu'il le fait bien pour "l'amie" de sa femme...Coupable, elle !
 

seb 14/10/2008 22:47

En notre belle France **Le budget de l'Elysée ne connaît pas la crise ! Le budget définitif de la présidence pour 2008 s'élèvera finalement à 110 millions d'euros et non à 100 millions comme prévu dans la loi de finances. Cette réévaluation concerne les cotisations retraites des personnels du ministère de la Défense ayant exercé à l'Elysée, à hauteur de 4,2 millions d'euros, et la facturation des moyens de transport aérien du chef de l'Etat à hauteur de 5 millions d'euros. La dotation budgétaire de la présidence s'élève pour 2009 à 112,3 millions d'euros, soit une progression de 2%.Une fois encore...LES POLITIQUES pratiquent le "faites ce que je dis...Pas ce que je fais !" A quand la RUPTURE ? La "Démocratie irréprochable ? Changer les textes c'est sans doute bien...Mais un peu moins de comportements de courtisans...Ce serait mieux !  En 2012 :  Marine Présidente ? Les "politiques" se rendent ils compte qu'à jouer les Marie Antoinette ils suscitent une légitime colère qui pourrait avoir des répercussions énormes ? A quand un peu "d'exemplarité" ? Allez...Un effort ! Pourquoi par ex, ne pas proposer la traduction française de la FOIA américaine, adoptée en 2005 par la GB, en 2003 par l'Inde, en 1776 par le Danemark...Ou était ce la Suède ? Il a fallu une Révolution pour changer le régime politique en France, une autre pour obtenir le suffrage universel masculin, un homme "sensé" pour obtenir que les femmes puissent voter en France. Et si le Parlement français cessait d'être à la traîne ? A quand une loi de transparence (une vraie!) donnant vraiment du "corps" à l'article 15 de la Déclaration de 1789 ? Crise : un parachute doré de 1700 milliards d'€
De Jean Cochet dans Présent :
 "Après un mois de cavale, la confiance est brusquement revenue lundi. Mais à quel prix : 360 milliards d’euros ! C’est le montant du plan de secours aux banques adopté lundi lors d’un Conseil des ministres extraordinaire. [...] D’où vient tout cet argent ? Pour l’instant il est fictif. Il se résume dans la signature des Etats. En spéculant sur le fait que cette garantie va faire revenir la confiance. [...] Que se passera-t-il si l’Etat perd son « pari raisonnable » ? Il lui faudra alors concrétiser sa garantie en espèces sonnantes et trébuchantes. Où trouvera-t-il l’argent ? En utilisant bien sûr les deux canaux dont il dispose. Premièrement, plonger la main dans la poche des contribuables. Deuxièmement, augmenter toujours davantage la dette de la France. Une dette dont les intérêts, gigantesques, pèsent déjà, depuis un quart de siècle, de façon de plus en plus lourde et handicapante, sur l‘économie française. Ce sera donc à chacun de nous de régler, d’une façon ou d’une autre, ce « coût exorbitant ». Pris en vrille dans le « trou d’air » du krach mondial, les dirigeants des pays européens cherchaient un parachute pour sauter de l’avion déboussolé et atterrir en douceur. Ils ont finalement trouvé et ouvert ce parachute doré à 1 700 milliards d’euros. Mais si celui-ci se déchire, plus dure encore sera la chute. Notre chute."
Les entreprises font faillite ? Pas de problème. Les particuliers font faillite ? Pas de problème. La France trimballe une dette monstrueuse ? Pas de problème. Mais les banques font des conneries...C'est le contribuable qui paye ! Et c'est Monsieur Sarkozy qui ose parler de "capitalisme MORAL" ?
**Le travail du dimanche nuit à la famille
Xavier Bertrand a souhaité hier à Marseille :
"Les nouvelles crèches notamment, il faudra aussi qu'elles puissent être ouvertes sept jours sur sept quand il le faut. Parce que quand vous êtes commerçants, pourquoi vous n'auriez pas le droit d'avoir vos enfants à la crèche ?"
Il évoquait les conséquences sociales et familiales de l'extension du travail le dimanche.
Destruction du petit commerce et destruction du lien familial, le travail du dimanche créera un véritable tsunami sociétal.
Le travail du dimanche est une erreur politique et économiqueAlain Griset, président de l’assemblée permanente des Chambres de métiers, s’oppose à l’assouplissement de la législation sur le travail le dimanche.
 "Je m’interroge sur le profil des gens interrogés dans les sondages et qui se disent favorables au travail le dimanche. Sont-ils tous réellement concernés par le travail du dimanche ? Leur demande n’est-elle pas finalement de gagner plus d’argent ? J’ai trouvé le gouvernement très habile sur cette question car elle vise le petit commerce et la grande distribution. Mais pourquoi ne se poserait-elle pas aussi aux fonctionnaires ? Il faudrait que les préfectures, les banques, les services sociaux soient aussi ouverts le dimanche. Le gouvernement constaterait qu’il n’a pas les moyens de payer double ses agents.
L’ouverture le dimanche va juste changer le lieu d’affectation des dépenses vers la grande distribution au détriment de la relance du commerce au centre-ville. Ce n’est pas une bonne politique. Il n’y aura pas plus de pouvoir d’achat pour autant. Il faut savoir qu’à chiffre d’affaires égal, la grande distribution crée quatre fois moins d’emplois que l’artisanat et le commerce. On assiste à la financiarisation du commerce. C’est une erreur politique et économique. Après l’erreur du grand capital, voici l’erreur du grand commerce ! Le libéralisme sans règle, c’est le western. Or, il faut que la concurrence entre grandes surfaces et petits commerces soit loyale car les moyens ne sont pas les mêmes. Nous pensons que l’idée de favoriser le développement des grandes surfaces pour entraîner une baisse des prix est une erreur de vision. Là où la grande distribution a fait disparaître le petit commerce, les prix ont augmenté."
Je partage son avis. Laissez moi deviner...Monsieur Bertrand est allé une fois, zéro fois, dans un supermarché ? Et combien de "petits commerces" hors période électorale a t il visité ? Deux ? Zéro ?
Autre question : qui a le plus de chance de faire du lobbying efficace au Ministère et au Parlement ? Leclerc...Ou bien les petits commerces ? Le premier bien sur !
**124,5 milliards d’euros !
C'est la somme que la France aurait versé à l'Union Européenne de 2000 à 2006, en six petites années :
"La cotisation française se monte à plus de 19 milliards d’euros, près de 7 % des recettes françaises. Elle est passée de 4 milliards à plus de 18 milliards d’euros annuels depuis 1982. Le montant de cette contribution brute - telle que prévue pour l’année 2008 - s’élève à 18,4 milliards d’euros, 6,8 % des ressources fiscales nettes du budget de l’État (...) Débourser 124,5 milliards d’euros en 6 ans ; ne recevoir de l’U.E. que 2 milliards d’euros : ces chiffres parlent d’eux-mêmes".
Quand la France joue a qui gagne perd !
**Rendez nous NECKER !
Le plan de soutien français prévoit un plafond de 40 milliards d’euros pour la recapitalisation des banques, des sommes qui alourdiront la dette et les frais d’intérêt.
La ministre de "l’Economie", Christine Lagarde, notre Mme la Marquise officielle ! et le ministre du Budget, Eric Woerth (celui qui, selon Alain Lambert ne sait pas résister aux lobbies ! RENDEZ NOUS COLBERT !), avaient une tâche difficile hier : expliquer que le plan de soutien aux banques françaises de 360 milliards d’euros aurait un impact minime sur les finances publiques.
Or...Rien de plus faux ! http://www.lesechos.fr/info/france/4784630-la-recapitalisation-des-banques-va-faire-bondir-la-dette-publique.htm
Nouvelles de l'UE :
**Vous vous souvenez du "groupe des sages" obtenu par le président Sarkozy en échange de la poursuite des négociations d'adhésion avec la Turquie ? Sa composition devrait être approuvée au Conseil de cette semaine. On note les noms de Lech Walesa et Nicole Notat.http://euobserver.com/9/26930
**Plus de précisions sur le "golden goodbye" de Mandelson de Bruxelles.http://www.economist.com/blogs/certainideasofeurope/2008/10/mandelsons_golden_goodbye.cfmA quand la fin des "parachutes dorés" pour les "Commissaires" et les "Ministres" ? Qu'on appelle, plus communément, en France, les "planques dorés" dont le CES n'est qu'un ex ?
**Euro : après les Tchèques, un report polonais ?http://www.observatoiredeleurope.com/index.php?action=breve&id_article=1068525