Livre noir des régions socialistes.

Publié le par Christian Vanneste

Valeurs Actuelles, dans son édition du 2 mars et sous la plume d'Arnaud FOLCH, fait un état des lieux de la facture socialiste dans les régions. Deux milliars d'euros par an! C'est le coût supporté par les ménages, les automobilistes et les entreprises de l'explosion des impôts dans les régions gérées par le Parti socialiste. Je cite.

"La politique, aujourd’hui, se fait par la preuve, affirme Ségolène ROYAL. S’appuyant sur le « bilan-réussite » des vingt régions (sur vingt-deux) gérées par le PS depuis 2004, la présidente de Poitou-Charentes n’a de cesse de le répéter : c’est ici, de cette « France des territoires », dont dépendent 95 % des Français, et qui a notamment en charge les transports, les lycées et la formation, qu’elle tire sa « crédibilité » et sa « légitimité »...


Problème : maquillé de rose par la candidate PS, le vrai bilan, à mi-mandat, de ces vingt régions – dont la sienne, qualifiée par elle de terre d’« excellence » – est aux antipodes de la présentation faussée qui en est faite. C’est ce que révèle le Livre noir des régions socialistes que vient de publier l’UMP. Le résultat d’une enquête menée, région par région, par les élus de l’opposition eux-mêmes. Un travail rigoureux de collecte et de recoupement de données méconnues, voire cachées.

Contrairement aux bons résultats des deux seuls exécutifs de droite, Corse et Alsace, ceux de la gauche sont accablants. Et les transferts de compétences vers les régions décidés en 2005 par l’État (qui les a largement compensés) n’y sont pour rien : avec une augmentation moyenne de 35 % des impôts régionaux (taxes foncière, professionnelle et sur les cartes grises, auxquelles s’ajoute depuis 2007 la TIPP, taxe sur l’essence), les régions de gauche ont prélevé 2 milliards d’euros supplémentaires par an dans la poche des contribuables ! Le résultat, non de nouveaux investissements (en baisse générale : – 5,6 % pour la formation professionnelle, par exemple), mais d’une explosion des dépenses de fonctionnement : personnel pléthorique, frais de communication, de “bouche” et de représentation, subventions aux associations “amies”… quand ce n’est pas directement pour sa propre paroisse. Ainsi la circonscription législative de Ségolène Royal en Poitou-Charentes a-t-elle “pompé” à elle seule 24 % des subventions du Fril (Fonds régional d’intervention local), alors même qu’elle ne représente que 5,3 % des habitants de la région.


À deux mois de l’élection présidentielle, cette enquête a le mérite de rétablir certaines vérités sur les “compétences” socialistes. « Nous faisons la démonstration, affirme la candidate socialiste, que l’on peut gérer autrement les fonds publics. » Si c’est elle qui le dit…"

Et l'enquête de faire le tour des régions gérées par la gauche:

 

Ainsi dans notre région, "la gauche tire à boulet rouge sur les entreprises. Historiquement de gauche, la région est l’une de celles qui “chargent” le plus les entreprises : sa taxe professionnelle est parmi les plus élevées de France : 3,68 %, contre 2,68 % au niveau national. Une véritable honte. Dans le même temps, l'exécutif s'apprête à emprunter près de un milliard d'euros, ce qui lui permettrait d'afficher une hausse "mesurée" de la pression fiscale sur les ménages: plus de 17% sur le foncier. Sinon, comme l'ensemble des autres régions socialistes, le Nord-Pas-de-Calais a mis en oeuvre le programme commun dicté par le PS: matraquage fiscal, explosion des dépenses de fonctionnement, saupoudrage des subventions aux associations, avec un particularisme local (sic!): l'acharnement contre les entreprises".

Pour plus d'informations: ici.

Commenter cet article

la soeur de Bianca 21/03/2007 17:18

Effectivement, avec les commentaires que vous avez bien voulu me donner Zapatrick, j'y vois un peu plus clair. Il semblerait donc bien que monsieur Ferrayé ait été floué, comme tant d'autres hélas. S'il n'était pas si riche, on n'en parlerait guère. Et il doit être riche pour avoir réussi à mettre au point en quelques mois un système qui demande certainement de nombreux essais en maquettes puis en grandeur nature.
Qu'il pense à tous ceux qui ont perdu les modestes économies de toute une vie et à qui il ne reste que les yeux pour pleurer. Lui au moins peut se payer une batterie d'avocats qui lui permettront peut-être de récupérer quelque chose.
Sinon, objectivement, il n'a perdu que l'argent investi dans ses recherches. Il peut se dire que cet argent, il l'a consacré à sauvegarder la planète et la santé de ses semblables. Quant à l'argent que d'autres ont tiré de ses découvertes : , il verra tôt ou tard la justesse de ce proverbe.
Barbara.

Zapatrick 18/03/2007 17:58

Plusieurs articles sur l'Affaire Ferrayé :
http://www.invention.ch/presse/2001/petrole-koweit.htm
http://www.invention.ch/presse/2001/puits.htm
http://ferraye.ifrance.com/
etc.
Un livre hilarant sur l'affaire, bien que rempli de mensonges, écrit par un de ses protagonistes, Christian Basano (format pdf) :
http://www.morpheus.fr/pdf/Jeu%20de%20Banques%20.pdf
---------------------------
L’âcre fumée du «Koweït Gate» fait tousser la Suisse
Patate chaude • L’inventeur du système qui a permis d’éteindre les puits de pétrole incendiés par Saddam Hussein propose un marché à la Suisse. Des énarques le prennent au sérieux mais le monde politique fait la sourde oreille.
Par Christian Campiche, La Liberté (de Fribourg), 7 mai 2005
Le 23 janvier 2005, tandis que le football genevois n’en finit plus d’agoniser, la Suisse médusée découvre un curieux personnage. Joseph Ferrayé, l’inventeur franco-libanais du système qui a permis d’éteindre les puits de pétrole koweïtiens incendiés par Saddam Hussein en 1991, fait la une des journaux télévisés. Une consécration médiatique pour ce Franco-Libanais qui n’a jamais reçu un centime, alors que son invention a sauvé le monde d’une catastrophe écologique majeure.
 Face aux caméras, Ferrayé évoque les 22 milliards de dollars qu’il réclame à une myriade d’entités bancaires et notariales, volatilisés dans des paradis fiscaux. Escroquerie, blanchiment? Toujours est-il qu’une lourde procédure judiciaire est en cours. Or le versement imminent d’au moins une partie de ces fonds lui permettrait de sauver de la faillite le Servette FC dont il s’improvise joker de la dernière heure.
Joseph Ferrayé espère sans doute que les autorités genevoises lui donneront le coup de pouce décisif en actionnant des leviers au Palais de Justice. Mais l’argent du «Koweït Gate» n’arrivera pas et le club genevois ne parviendra pas à éviter le dépôt de bilan.
A la rescousse de Swiss
Joseph Ferrayé n’obtient rien mais au moins on l’a écouté. Les fois précédentes, il n’avait pas eu cette chance. Car le personnage n’en est pas à son coup d’essai. Le 12 novembre 1996 déjà, il écrit cette lettre au chancelier de la Confédération: «Je propose au Gouvernement suisse, qui reconnaît sans équivoque les droits de l’homme et de la propriété industrielle, 50% de mes parts pour maîtriser avec fermeté cette escroquerie.» Dit autrement: en échange de son appui, l’Etat helvétique recevra la bagatelle de 11 milliards de dollars, de quoi combler une partie de son déficit. Réponse du Conseil fédéral, plus exactement du Ministère de la justice: le vol de brevets n’est pas de la compétence du gouvernement. Ferrayé remet l’ouvrage sur le métier en novembre 2004. Il propose 2 milliards de dollars à l’Etat de Genève, à une condition: que la justice s’active dans le dossier du «Koweït Gate». Malgré l’interpellation d’un député de droite, nonobstant la disparition mystérieuse de certains dossiers de l’instruction, le gouvernement genevois fait la fine bouche. Genève est pourtant l’un des cantons les plus endettés de Suisse.
La déconfiture du Servette ne décourage pas Ferrayé qui se lance dans une autre cause perdue, celle du maintien en mains helvétiques de la compagnie aérienne Swiss. En date du 15 mars 2005, il adresse une missive au Parlement fédéral dont la teneur est en substance: «si vous m’aidez à obtenir la restitution des milliards auxquels j’ai droit, je rachèterai Swiss au prix boursier et j’assurerai à la compagnie son indépendance et son caractère helvétique». L’échec, une fois encore, est au rendez-vous: le monde politique ne bouge pas le petit doigt, Swiss sera rachetée par Lufthansa.
Conspiration du silence
S’il est une constante, dans le serpent de mer de l’affaire Ferrayé, c’est bien la chape de plomb qui s’abat sur le protagoniste principal à chacune de ses interventions. Médisance et sarcasmes ne tardent pas à s’installer, créant un climat de discrédit. En son temps, on avait tenté de faire passer l’inventeur pour fou. Maintenant, la stratégie de déstabilisation ressemble à une gigantesque conspiration du silence.Une attitude qui contraste singulièrement avec le sérieux, voire l’estime, dont bénéficie Ferrayé dans certains milieux de l’administration publique. Contrairement aux apparences, l’ingénieur franco-libanais est un personnage dont on parle dans les hautes sphères de l’Etat. Mais en sourdine, seulement: inutile de chercher une déclaration officielle, ces fonctionnaires se retranchent derrière le devoir de réserve, attitude qu’ils motivent par l’absence totale de prise de position politique.
Ces mêmes énarques ne comprennent pas pourquoi les élus ignorent systématiquement la possibilité d’entrer en matière sur un dossier dont rien ne permet d’affirmer qu’il n’est pas scientifiquement avéré. De fait, les documents que «La Liberté» a pu se procurer le montrent formellement: les brevets de Joseph Ferrayé ont fait l’objet de dépôts à l’Institut français de la propriété industrielle et jouissent d’extensions internationales à l’Office européen des brevets. Documents dûment publiés par l’Organisation mondiale de la propriété intellectuelle (notre illustration), ils portent les dates du 11 avril et du 2 mai 1991. La chronologie exacte des événements de l’époque, Joseph Ferrayé s’en souvient comme si c’était hier: «L’armée irakienne a mis le feu aux puits de pétrole du Koweït le 20 février 1991. Le jour même, je me suis mis au travail. Le 28 février, le projet était sous toit. J’ai contacté tout de suite les autorités koweïtiennes à qui j’ai transmis directement les plans du système. Comme elles affectaient ne pas croire à mon invention, j’ai déposé les brevets auprès des institutions compétentes. Mais il était trop tard. Des gouvernements sont entrés dans le jeu. Ils se sont emparés de mon système, comme ils le font chaque fois qu’il y a une découverte importante dans le domaine de l’énergie.»
Quatorze ans de bataille judiciaire
En 1988, l'Irak et l'Iran mettent fin à la guerre qui les a opposés pendant huit ans. Saddam Hussein se retourne contre son allié koweïtien en lui réclamant le prix de la reconstruction du pays et les îles de Warba et Bubyan.
Deux ans plus tard, les troupes irakiennes envahissent le Koweït, provoquant la riposte américaine. George Bush Senior rompt avec son ancien allié Saddam Hussein, devenu subitement encombrant, comme le montre le documentaire de Pascal Vasselin «Saddam, le meilleur ennemi de l'Amérique», diffusé demain soir sur TSR 2 dans le cadre de l'émission «Histoire vivante».
Le Koweït est libéré le 27 février 1991. Juste avant de battre en retraite, les troupes de Saddam incendient les puits de pétrole de l'émirat, 750 au total. Red Adair, surnommé «le pompier volant», avoue son impuissance. Il déclare qu'il faudra des années pour éteindre les feux. On craint une catastrophe écologique majeure.
Début mai 1991, l'invention de Joseph Ferrayé est présentée au conseiller de l'émir Jaber Al Sabah. Le système prouve immédiatement son efficacité. Début novembre, tous les incendies sont maîtrisés. Mais Joseph Ferrayé ne touchera jamais un centime. Constatant que son système a été récupéré par des groupes pétroliers épaulés par des gouvernements, l'inventeur entame sa longue marche judiciaire. Il met en cause notamment le groupe Elf, très actif dans le Golfe. Il dénonce un blanchiment à large échelle impliquant des sociétés offshore et des banques. Il affirme que des milliards de dollars ont transité par Genève où il a déposé plainte. La balle est actuellement dans le camp du Parquet. ChC
Un grand éteignoir...
Avant 1991, il fallait six mois pour éteindre un puits de pétrole en feu. L'invention de Joseph Ferrayé a permis de ramener ce délai à moins d'une heure, tout en évitant l'utilisation de la dynamite. Le système consiste en un grand éteignoir suspendu au-dessus de la flamme dans lequel on a insufflé de l'azote liquide pour priver le brasier d'oxygène. Chaque puits éteint est ensuite «recoiffé» d'une nouvelle tête.
Plus techniquement décrite lors du dépôt du brevet (ci-contre), l'invention comporte deux phases. La première fait intervenir «un robot pour la fermeture et le blocage des tuyaux soumis à de très fortes pressions. Des moyens d'opposition à la pression sont situés au-dessous de la partie de blocage principale. Ils agissent simultanément sur la paroi inférieure, en profondeur dans le tuyau (...).»
Dans une deuxième phase, l'invention permet l'asphyxie des flammes. «La base en forme conique du système ressemble à un volcan. (...) Un gaz ininflammable (gaz carbonique ou azote liquide) est propagé par des trous réalisés sur la partie conique. Le gaz sort par le cratère, faisant une sorte d'éruption, envahissant toutes les flammes. L'azote est propulsé vers le bas, pour le refroidissement du sol environnant.» Réd.

Zapatrick 18/03/2007 17:57

Pas du tout ma chère Barbara !
Le dossier se trouve ici : http://www.googleswiss.com/fr/geneve/f/jf-princ.html
Voici la vidéo censurée par Strauss-Kahn et Mougeotte de l'émission de TF1 Sans aucun doute : http://www.dailymotion.com/video/x3k63_censure-sans-aucun-doute
Une autre vidéo de Joseph Ferrayé avec Marc Etienne Burdet : http://video.google.fr/videoplay?docid=-698047735755472484

la soeur de Bianca 18/03/2007 08:29

Je viens d'aller faire un petit tour sur le site Ferraye. J'avoue ne pas être convaincue. On parle de 170 preuves : où sont-elles, je n'ai pas pu avoir accès à une seule ? Comment fonctionne ce système révolutionnaire d'extinction des puits de pétrole en feu ? Aucune explication là non plus : page introuvable. Par contre, un appel à la générosité du public pour obtenir des fonds est parfaitement accessible. Avec promesse d'un taux de rémunération du prêt... de quoi faire perdre la tête.
Mon cher Zapatrick, je crois que votre bon coeur a occulté votre raison. Je ne vous en fais pas grief. Moi aussi, dans ma jeunesse, et même dans mon âge mûr, je me suis fait rouler dans la farine.
Amicalement.
Barbara.

Zapatrick 12/03/2007 21:29

Marc-Etienne Burdet, Rue du Canal 14, CH-1400 Yverdon-les-Bains.
Yverdon-les-Bains, le 15 janvier 2007
Recommandé avec accusé de réception :
Tribunal de Grande Instance de Paris, 4 bd du Palais, F-75055 Paris.

Plainte pénale contre M. Arnaud MONTEBOURG et Madame Ségolène ROYAL pour :
- Atteinte à l’honneur 
- Calomnie et diffamation
- Complicité d’escroquerie
- Recel
- Organisation criminelle
- Blanchiment d’argent
- Crime organisé, financement du terrorisme et criminalité économique
- Et tout autre crime en relation avec le dossier et les preuves détaillés sur le Site www.googleswiss.com/ferraye
Madame, Monsieur,
Je suis Citoyen suisse, Consultant et Conseil de M. Joseph FERRAYE dans le cadre des détourne-ments de fonds et blanchiment d’argent auxquels ont participé des Membres du Gouvernement français, dont Madame Ségolène ROYAL.
En tant que Citoyen Suisse, je suis offensé par les attaques de M. Arnaud MONTEBOURG qui accuse la Suisse et ses Citoyens de procéder à un véritable pillage économique lié directement à l’évasion fiscale de France. Le déménagement de Johnny HALLIDAY a semble-t-il été l’élément déclencheur de ces attaques massives irrespectueuses et démentes à l’encontre des Citoyens de mon Pays et de moi-même.
M. MONTEBOURG, Conseiller de la campagne Présidentielle de Mme Ségolène ROYAL, n’ignore pas que le Gouvernement français a lui-même privé ses administrés de plus de 1'000 milliards d’Euros au profit du FISC, en escroquant mon Client M. Josef FERRAYE et en encaissant indûment ses ROYALties (sans jeu de mot…) estimées à près de 3'000 milliards de dollars entre 1991 et 1992.
J’ajoute que ce sont les membres du Gouvernement français qui ont corrompu l’ensemble de la place financière Suisse, pour détourner les ROYALties dont il est question à leur profit personnel…
Mieux, alors que mon Client avait pu faire séquestrer en 1995 les fonds détournés, moyennant des frais de séquestre civil qui se sont élevés à US$ 1'683'000'000.- pour éviter un séquestre pénal qui aurait impliqué le RPR, c’est ce même Gouvernement français composé d’Escrocs qui a alors corrompu la justice genevoise, pour faire disparaître une nouvelle fois les fonds de mon Client. Ceci a valu la légion d’honneur à 4 notables genevois à ma connaissance, à savoir Marc BONNANT, avocat, Dominique WARLUZEL, avocat, Carlo LAMPRECHT et Micheline SPOERRI conseillers d’Etat.
La mauvaise foi de M. MONTEBOURG n’a pour objectif que de détourner l’attention de l’Opinion publique, de l’implication directe de sa « patronne » Ségolène ROYAL, aujourd’hui candidate à la Présidentielle française. Il est aujourd’hui son SBIRE !J’exige que M. MONTEBOURG soit inculpé pour les chefs d’accusation précités et qu’il s’excuse publiquement et immédiatement dans toute la Presse française et Suisse pour ses propos calomnieux envers les Suissesses et les Suisses. Qu’il lui soit imposé d’inviter les lecteurs, les auditeurs et les téléspectateurs à prendre connaissance de la réalité des faits sur www.googleswiss.com/ferraye.
Compte tenu de la campagne présidentielle en cours, il est impératif que cette plainte soit traitée en priorité et que les excuses de M. MONTEBOURG soient immédiatement rendues publiques.
Tout retard impliquera obligatoirement la responsabilité de l’Etat français.
Il ne fait aucun doute que mon Client va recouvrer les fonds qui lui ont été volés dans un très proche avenir et qu’à ce moment-là, l’économie européenne va être ébranlée, tant le blanchiment des fonds détournés est vaste.L’implication de réviseurs internationaux, KPMG – ERNST & YOUNG – ANDERSEN – DELOITTE –COOPERS & LYBRAND, PRICEWATERHOUSE etc. de grands groupes français, suisses et internationaux, pourrait conduire les bourses internationales à un effondrement catastrophique si le pouvoir judiciaire français n’intervient pas immédiatement et continue à se laisser corrompre.
Pour recouvrer ses fonds, Joseph FERRAYE va assurément devoir prendre le contrôle d’une multitude de Sociétés et autres groupes, afin de leur éviter la faillite.
Couvrir ces faits en retardant le traitement de cette plainte, la condamnation et les excuses de Arnaud MONTEBOURG et des autres contrevenants, impliquera également la responsabilité de la FRANCE envers tous les épargnants qui perdront leurs économies suite à cette affaire. Je me chargerai alors de rappeler aux sinistrés que vous aviez toutes les cartes en main pour éviter le crash boursier qui se sera produit et que dès lors ils pourront se porter partie civile contre la FRANCE.
Tout retard du pouvoir judiciaire dans le traitement de cette plainte, contribuera à engager davantage encore la responsabilité de la FRANCE, qui pourrait se calculer en milliers de milliards d’EUROS.
Il en sera de même de la responsabilité des Medias audio-visuels et écrits qui auront tu cette information pour couvrir les membres corrompus qui les composent et qui appartiennent au complot. Nous poursuivrons non seulement les Sociétés, mais chaque journaliste concerné en responsabilité civile.
Le comportement du Conseiller de Madame ROYAL ne vise qu’à cacher à l’Opinion publique que celle-ci a été Ministre de l’environnement du 3 avril 1992 au 29 mars 1993 et qu’elle était donc directement concernée par le complot contre Joseph FERRAYE au moment du détournement de ses fonds. Mon Client s’était du reste adressé directement à Ségolène ROYAL au moment des faits et il a été reçu à son Ministère, sans la rencontrer personnellement.
Rappelons le parcours politique de la Candidate à l’élection présidentielle :
En 1988, Ségolène ROYAL demande à François MITTERAND, le jour de son investiture pour son second septennat, s'il peut l'aider à s'implanter dans une circonscription en vue des prochaines élections législatives. Elle est ainsi « parachutée » dans les Deux-Sèvres, en remplacement de Jean-Paul Jean, la veille de la clôture des candidatures. Après une campagne vigoureuse, « expliquant aux paysans qu'elle allait leur donner des cours d'anglais dans les villages pour qu'ils puissent exporter leur chabichou », elle est élue députée de la 2e circonscription, celle de Saint-Maixent-l'École au second tour avec un score de 50,57%. Commentant son succès dans une circonscription historiquement ancrée à droite, elle déclare : « Pour un parachutage, l'atterrissage est réussi. ». À sa demande, François Mitterrand accorde en 1992, dans le cadre de ses grands travaux présidentiels, une subvention de 50 millions de francs aux communes du Marais poitevin des Deux-Sèvres, dans la circonscription de Ségolène Royal. L'assise locale de la députée en est confortée. (Source Wikipedia)
Parallèlement, de 1980 à 1994, Ségolène ROYAL était magistrate au Tribunal administratif de Paris. Elle a donc pu suivre de très près les différentes plaintes de mon Client contre l’Organisation Criminelle qui détournait ses ROYALties et dont elle a bénéficié. Rappelons qu’elle était la protégée deFrançois MITTERAND, qui était lui aussi l’un des principaux contrevenants impliqué au 1er degré.
Les éléments précités démontrent que le couple ROYAL – MONTEBOURG pratique l’atteinte à l’honneur et ont pour concept l’attaque comme meilleure défense dans un dessein malhonnête par lequel ils tentent de prendre le contrôle du Peuple français en voulant faire élire Madame ROYAL Présidente de la FRANCE, pour mieux poursuivre le blanchiment des centaines de milliards de dollars qu’ils ont entrepris il y a maintenant une quinzaine d’années.
Permettez-moi de souligner enfin, que les faits relatés dans la présente plainte, prennent appui sur les 170 pièces produites sur www.googleswiss.com/ferraye et ma compréhension de leur texte, ainsi que sur le dossier de motivation de la plainte sur le même Site.
En conclusion, je vous prie d’intervenir immédiatement et sur la base des 200 pages explicatives du complot et des 170 pièces qui en forment les preuves, pour éviter que la FRANCE soit gouvernée par des Criminels et des terroristes. C’est tout l’avenir de l’Europe qui est en jeu. Vous constaterez dans le dossier, que Madame ROYAL et M. MONTEBOURG ne sont pas les seuls concernés et que d’autres candidats à la Présidentielle 2007 sont également des Criminels concernés par ces détourne-ment et blanchiment de centaines de milliards d’Euros.
Qu’enfin, l’honneur des Suissesses et des Suisses soit réhabilité par les excuses publiques de M. MONTEBOURG dans les conditions décrites plus haut.
Veuillez agréer, Madame, Monsieur, mes salutations distinguées.
Marc-Etienne Burdet
P.S. : À toutes fins utiles, je vous joins une procuration de mon Client, pour tous les faits ne relevant pas de l’atteinte à l’honneur.
Source : http://www.googleswiss.com/fr/geneve/f/plaintes/2007-01-15_montebourg_royal.pdf