Des précieuses ridicules...

Publié le par Christian Vanneste

Des précieuses ridicules (retour sur une vieille méthode stalinienne...)

 

Karl MARX prétendait- il tenait cela de HEGEL- que « l'histoire se répète toujours deux fois, la première fois comme une tragédie, la deuxième fois comme une farce »... Aujourd’hui, j’ai l’impression que le lobby homosexuel est au totalitarisme ce que la farce est à la tragédie !

Cela pourrait être drôle si ce n’était pas ridicule. En effet, cette histoire de photo tronquée par un serviteur zélé soumis à la cause gay révèle le côté tragique de l’évènement. Et la blogosphère ne s’y est pas trompée en faisant –en riant- le parallèle avec les méthodes staliniennes. Il semble donc bien que d’obscurs membres du cabinet du Premier ministre empruntent leurs modèles chez le bon « petit Père du Peuple » puisque l’effacement des photographies officielles des dirigeants soviétiques morts parce que trop influents était la règle... Mais seulement voilà, VANNESTE n’est pas mort ! Avec plus de 58%, il est même bien vivant !

Cela pourrait être drôle si ce n’était pas ridicule. Il y a d’ailleurs une certaine démesure dans la légitimité que s’attribue un lobby qui prétend exclure un parlementaire mais qui ne reçoit le soutien que de 1,94% des électeurs du 12ème arrondissement de Paris lorsqu’il se présente à travers une de ses figures les plus prisées par ces faiseurs d’opinion parisiens qui se sont toujours trompés sur tout. Ah lit-on sur certains sites, « ces bouseux de province » qui osent –les malheureux- voter pour un tel « personnage » (à prononcer avec dédain)...

Cela pourrait être drôle si ce n’était pas ridicule. Heureusement que la plupart des personnes qui pratiquent l’homosexualité ne se reconnaissent pas dans la prétention communautariste de ces fanatiques minoritaires. Il faudra bien qu’ils s’habituent à ce que l’on pense différemment lorsque l’on quitte les microcosmes où la pensée unique, justement dénoncée par le Président de la République, se fait écho à elle-même. Il faudra bien qu’ils s’y habituent, même si il leur vient désormais à l’idée que quand le peuple pense mal, il faut changer le peuple. D’ailleurs, en prétendant défendre une liberté de comportement que personne ne conteste aujourd’hui, ils agressent une plus grande liberté encore : celle d’expression !

Cela pourrait être drôle si ce n’était pas ridicule. La conquête de la démocratie et l’épanouissement de la liberté sont passés par le développement des associations et le respect des minorités. Mais voilà qu’aujourd’hui, une minorité prétend imposer sa loi, en même temps que le silence, à la majorité, et des associations se prétendent supérieures à des élus qui incarnent pour chacun d’entre eux une parcelle de la souveraineté nationale comme l’ont encore souligné aujourd’hui dans leurs interventions à l’Assemblée, le doyen d’âge Loïc BOUVARD et le nouveau Président de l’Assemblée nationale, Bernard ACCOYER. Mon collègue philosophe, Robert REDEKER, l’indique clairement dans un article intitulé les nouveaux censeurs : « d’émancipatrice qu’elle était au siècle des Lumières –en arrachant des libertés à l’Etat- la société éclatée en associations, communautés, groupes, lobbies, se révèle désormais dangereuse pour ces mêmes libertés ».

C’est le danger souvent masqué du mode de scrutin proportionnel : déconnecté des élus du peuple, afin que l’on puisse placer sur une liste décidée à Paris, des représentants de tous les groupes de pression plus ou moins légitimes et incapables de se faire élire sur leur nom lors d’un scrutin uninominal. Je dois l’avouer, avec un tel scrutin, je ne serai plus député : il y a fort à parier qu’on m’aurait remplacé par un visage plus lisse et une voix moins tonitruante. Heureusement, je n’ai aujourd’hui à rendre de compte qu’à mes électeurs !

Les petits marquis qui complotent dans leur salon parisien aspirent au gouvernement d’une minorité. Non contents de s’attaquer d’une manière totalitaire à la liberté d’expression, et à celle d’un élu du peuple en particulier, ils illustrent parfaitement un autre adversaire résolu de la démocratie : l’aristocratie, le gouvernement d’une minorité, à cela près que l’aristocratie se veut le gouvernement des meilleurs et que nous allons là vers le gouvernement des pires !

Publié dans France

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

decaudain jules 17/05/2008 00:00

Tout ces commentaires homophobes?? pourquoi???qu' a ton fait de mal pour s' en prendre autant dans la gueule??

Pro-V. 13/07/2007 18:13

Ah oui  ? Pourtant les gens qui détournent la loi devraient être sanctionnés : je ler maintiens, et si j'étais député je proposerais une loi dans ce sens ! Sinon à quoi sert la loi ?...C'est que pour vous, alors,  la loi n'a pas d'importance. C'est ce que j'incline à croire. mais alors pourquoi toute cette fausse indignation autour de la soit-disant homophobie ?... Ces larmes de crocodile ?Les artistes sont décidemment des gens qui plannent...

JPAUL 13/07/2007 15:57

Il n'existe que les droits DE l'enfant, dont le premier est d'avoir un père et une mère.Après votre post 254 j'ai du mal à vous prendre au sérieux!

Pro-V. 13/07/2007 15:40

...Mes "présages" reposent sur des études de psychologie bien plus fondées  que votre propagande, qui elle ne repose que sur votre égoïsme forcené axé sur un "droit A l'enfant" qui n'existe pas.Il n'existe que les droits DE l'enfant, dont le premier est d'avoir un père et une mère.

jpaul 13/07/2007 12:46

Et ça, c'est pas une critique des mères de famille ?...Un tout de manège gratuit, cher Jpaul !...Non ça c'est une réponse à ceux qui prédisent que les enfants d'homos seront perturbés!Il ne suffit pas de connaitre un héros pour être une walkyrie et vos présages ne reposent  sur rien de concret!