Ou st le gay savoir?!!

Publié le par Christian Vanneste

Voici le Communiqué de « Gay Lib »… « EN FINIR AVEC CHRISTIAN VANNESTE»

Une fois encore, Christian Vanneste –Député du Nord- s’est fait remarquer sur Europe 1 par des propos outranciers et provocateurs à l’égard des homosexuels. GayLib a déjà dénoncé à plusieurs reprises ce triste personnage. Nous ne voulons pas nous lancer dans une surenchère qui ne ferait que de la publicité malsaine pour cet homme qui tient plusieurs millions de ses concitoyens pour des inférieurs et notre engagement pour du terrorisme intellectuel. Nous rappelons simplement que : • L’homophobie n’est pas une opinion et que ceci relève de l’évidence absolue pour l’UMP.
• La justice a condamné cette personne dans le cadre de la loi du 30 décembre 2004 voulue par l’UMP
• Nicolas SARKOZY a condamné dès janvier 2005 les propos de ce député car « ils ne correspondent en rien au projet de l’UMP »

Christian Vanneste affaibli et porte atteinte à notre famille politique. Devenu boulet et épouvantail, nous poserons la question de son avenir au sein de notre famille politique à Nicolas SARKOZY.

A sa lecture, telle une madeleine de Proust, un passage de l’excellent livre de Jean Sévilla, Le terrorisme intellectuel, m’est revenu à l’esprit (Page 220) : « En une quinzaine d’années la société française et occidentale a vécu ce bouleversement considérable. Il n’est plus tolérable d’affirmer que l’homosexualité et l’hétérosexualité ne sont pas équivalentes… En remettant en cause tous les repères anthropologiques, l’époque est saisie par un vertige suicidaire. Car il est évident que la société n’existe que par la continuité des êtres par la chaîne des générations. Or le fait est là. L’homosexualité est inapte à transmettre la vie. »

Que vous soyez en accord ou en désaccord avec moi, sachez bien que ce passage d’un livre d’un journaliste connu et reconnu est aujourd’hui condamnable au nom de la loi qui m’a condamné en premier instance…

Il est bien loin le temps de Voltaire, où l’on avait comme honneur de se battre jusqu’à la mort pour laisser parler son adversaire, au nom de la liberté d’expression.

Cela devrait faire réagir chaque citoyen…

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article