Directeur d'école et carnaval des animaux.

Publié le par Christian Vanneste

En novembre dernier, en pleine grève des directeurs d’école, j’avais interrogé le Ministre de l’Education nationale sur la question de leur statut. Il faut savoir que ce sont plusieurs milliers d'écoles qui sont dépourvues d'un directeur. Ce sont souvent les enseignants qui assurent ces fonctions, ce qui peut entraîner plusieurs difficultés. J’avais donc voulu connaître les intentions du Gouvernement afin de permettre au plus vite l'adoption d'un statut de directeur d'école. J’ai enfin reçu la réponse du Ministre: "En vue de répondre au problème posé par le nombre de vacances de postes de directeur d'école à la rentrée scolaire (4 443 en 2004, 4 196 en 2005 et 3 900 à la rentrée scolaire 2006, soit 8,8 % du total des emplois de direction ordinaire de deux classes et plus), un certain nombre de mesures ont été mises en oeuvre depuis quelques années. Pour répondre à la revendication des directeurs d'école de bénéficier de plus de temps pour se consacrer aux tâches induites par leur fonction, un plan d'amélioration qui consistait à abaisser le quart de décharge à chaque directeur d'école a été appliqué tout d'abord aux écoles de six classes, en 1996 et ensuite aux écoles de cinq classes dès 1997. Puis, en 2002, une modification du décret du 24 février 1989 relatif aux directeurs d'école a facilité et élargi les conditions d'accès aux fonctions de direction. Il a aussi été procédé à deux revalorisations successives de l'indemnité de sujétions spéciales servie aux directeurs d'école en 2002 et en 2003. La réflexion entamée au cours du dernier trimestre 2005 (...) a débouché sur la signature d'un protocole d'accord relatif aux directeurs d'école (...). Ce protocole d'accord étend, à compter du 1er septembre 2006, le quart de décharge aux écoles de quatre classes. Cette décharge est rendue possible grâce à la modification introduite dans les stages en responsabilité des professeurs des écoles stagiaires (PE2). (...) L'indemnité de sujétions spéciales (ISS) bénéficie d'une revalorisation de 20 %. Cette dernière présente un taux annuel de 1 110,53 euros ce taux est majoré de 20 % en zone d'éducation prioritaire (ZEP). (...) Par ailleurs, depuis le dernier trimestre 2006, les négociations ont été réouvertes avec les organisations syndicales. Deux groupes de travail ont été mis en place et chargés, le premier, d'étudier l'ensemble des questions liées à l'organisation de l'école et le second, d'une réflexion sur le métier de la direction d'école et sur le statut des directeurs d'école."

Par ailleurs, (et c'est un tout autre sujet) comme vous le savez sans doute, je suis un fervent défenseur de la cause animale (ici). Je suis d’ailleurs membre du Groupe d'Etude sur la Protection des animaux à l'Assemblée nationale. C’est le journal de la Fondation Brigitte BARDOT, l’Info-Journal, qui fait le point, avant ces élections, sur les députés qui ont durant cette législature « agit en faveur des animaux ». C’est ainsi que nous avons travaillé ensemble pour un moratoire sur le commerce de l’ivoire, contre la chasse aux phoques, contre les trafics des animaux (ici), pour l’abrogation de la corrida etc...

 

Je suis très fier d'être, parmi la quarantaine de parlementaires, le seul député du Nord cité...

 

Commenter cet article

Zapatrick 20/04/2007 11:18

J'ai trouvé un article de synthèse sur Nicolas Sarkozy qui va bien plaire à Têtuniçois : un petit extrait...
 
"Il ment donc il est...Quel est donc le secret de Nicolas Sarkozy ? Comment peut-il plaire à la France à ce point en étant petit, laid, bête et agressif ? Le psychiatre américain Mac Dermott assure que : « La peur est un outil de persuasion incroyable. Les gens qui ont peur, on leur fait faire ce qu’on veut. » La peur, voilà l’ennemie ! Peur du chômage, peur de l’étranger, peur de la maladie, peur de se faire agresser, peur de l’avenir... La technique est simple mais redoutable. Quand on flippe, on se replie sur soi, on exclut ceux qui sont différents, qui ne correspondent pas à la norme. Sarkozy fait cela remarquablement. Les « braves gens » chers à Brassens n’aiment pas qu’on sorte de la ligne dessinée par le chef, par celui qui commande. Ajoutez à cela une bonne dose de communication, une éloquence indéniable et des journalistes frileux et le tour est joué. Ou quasiment… Car Sarkozy a dans son sac une arme décisive : le mensonge. Le petit manie le mensonge avec une aisance et un opportunisme frôlant la performance d’acteur. Souvenons-nous : quand Sarkozy ferme le centre de Sangatte en novembre 2002, il explique que le « problème des migrants qui empoisonnait les relations franco-anglaises et la vie des habitants du Calaisis (…) est définitivement résolu ». Cinq ans plus tard, ils sont plusieurs centaines de miséreux à errer dans les rues de Calais dans l’espoir d’un avenir meilleur. Et cette fois, ils sont tellement traqués, chassés, martyrisés, affamés… qu’ils en viennent à manifester dans les rues du Calaisis pour demander plus de considération. Pas sûr que « le problème soit définitivement résolu »… Sarkozy a dit, Sarkozy a menti.Pour légitimer son idée de création de ministère de l’immigration et de l’identité nationale, Joe Dalton explique à Poivre D’Arvor que la France est le seul pays de l’Europe des 15 à ne pas avoir créé un tel ministère. Pour se donner du crédit, l’argument est imparable… sauf qu’il est faux ! Dans les faits, seul l’Angleterre dispose d’un ministère comparable. Les treize autres n’ont pas de dispositif équivalent : Sarkozy a dit, Sarkozy a menti.Quand les émeutes de banlieue éclatent en novembre 2005, le petit explique qu’elles sont le fait de « bandes organisées » et de « véritables mafias », légitimant ainsi l’intervention extrêmement musclée des CRS et la mise en place de l’état d’urgence. Toujours cette volonté de faire peur, toujours ce souhait d’apparaître comme le sauveur. Mais quelques jours plus tard, après leur enquête, les renseignements généraux tirent une conclusion diamétralement opposée : c’est la « condition sociale d’exclus de la société » des émeutiers qui est la cause des violences urbaines. Pourtant, aujourd’hui, Sarkozy défend toujours sa thèse initiale : c’est ce que l’on appelle un mensonge d’Etat. Sarkozy a dit, Sarkozy a menti.Juste avant les émeutes, l’ancien ministre de l’Intérieur explique que les adolescents Zyed et Bouna sont morts électrocutés après « une tentative de cambriolage ». Le nabot a l’outrecuidance de rajouter qu’« ils n’étaient pas poursuivis physiquement par la police quand ils sont allés se cacher dans le transformateur. » Jeter l’opprobre sur des morts : mais jusqu’où ira-t-il ? L’enquête de l’inspection générale de la police montrera que les jeunes n’avaient rien tenté de voler et qu’ils étaient poursuivis par des policiers. Sarkozy a dit, Sarkozy a menti.Et il y en a eu tellement d’autres : sa déclaration à l’Assemblée nationale, en tant que ministre de l’Economie, où il explique que « la France est le pays au monde qui compte le plus de chômeurs », sa déclaration sur l’absence de bavures policières au JT de TF1, un an après son arrivée place Beauvau et alors que les chiffres de dérapages policiers sont en hausse, sa promesse de virer de l’UMP Christian Vanneste, le député homophobe de Tourcoing, qu’il n’a jamais tenue, ses conclusions pseudo scientifiques sur le déterminisme génétique, alors même qu’aucune des 14 études mondiales menées sur le sujet ne démontre cette théorie. Et la liste pourrait s’allonger davantage."
 
Nicolas le petit, par S. Duhamel : http://chezsamuca.blogspot.com/2007/04/nicolas-le-petit.html

la soeur de Bianca 20/04/2007 05:39

Outre le manque d'éthique et de morale, sur lequel je ne reviendrai pas, cela prouve une chose : Monsieur Sarkozy ne veut pas être opposé à monsieur Bayrou. Sans doute a-t-il des vues à long terme : si Ségolène Royal est élue, cela lui laisse toutes chances d'être élu dans 5 ans, mais cela risque de ne plus être vrai si monsieur Bayrou est élu. A défaut d'être moral, c'est digne de Machiavel.
Barbara.

Zapatrick 19/04/2007 01:18

Chat, Le Point, 17/04/05
Question de deodat : Savez-vous que des électeurs pro-Sarkozy vont voter Royal au premier tour pour qu'elle arrive deuxième afin d'éviter le pire pour eux : Bayrou au second tour ?
Marielle de Sarnez (eurodéputée UDF): Oui, je le sais, c'est le mot d'ordre que donne l'UMP à ses militants. C'est exactement le contraire de ce qu'on peut attendre de la politique. Pour moi, il doit y avoir de la morale en politique et même de l'éthique : pour moi, jamais la fin ne justifiera les moyens. Mais ceci n'est visiblement pas partagé par nos concurrents de l'UMP.

Zapatrick 18/04/2007 11:51

Elroy, mon cher Elroy, je n'ai cessé de pleurer depuis ton départ ! Enfin te revoilà ! Il me semble renaître !

elroy 18/04/2007 11:30

"Têtuniçois vient toujours poster ses commentaires en douce après minuit..."

aprés la france qui se leve tôt...
la france qui travaille tard...


"de nuit et sous cape comme des malandrins"
c'est comme ça que Mr Vanneste a essayer de faire passer la premiére fois la "dasvii".

elroy briévement de retour