Comme disait Sartre "l'homme est avant tout condamné à être libre"...

Publié le par Christian Vanneste

L’un des sujets les plus éculés des dissertations de philosophie en terminale vient de s’inviter dans une campagne qui a décidemment beaucoup de mal à s’en tenir à des lignes cohérentes sur les sujets essentiels. Naît-on ou devient-on pédophile ? Toute question de ce type qui concerne l’être humain demande une réponse complexe et nuancée en raison même de la complexité et donc de la richesse de l’être humain.

 

Simplement, il faut y mettre un peu de méthode et ne pas considérer de la même manière les aspects physiques ou physiologiques du fonctionnement du corps humain et les comportements de la personne humaine.

 

Si les premiers doivent à l’évidence beaucoup à la génétique mais aussi beaucoup à l’environnement et aux pratiques, les seconds sont essentiellement la conséquence des réponses plus ou moins bonnes que l’apprentissage fournit aux questions posées par la maturation. Cela est vrai chez de nombreux êtres vivants à proportion de la place qui est laissée dans le développement du système nerveux au conditionnement, voire à l’intelligence. Ce n’est pas faire preuve d’anthropocentrisme que de reconnaître à l’homme une spécificité liée physiquement à la complexité et au développement de son système nerveux et psychologiquement à la durée de son éducation.

 

Toutes les disciplines qui étudient le comportement humain, de l’éthologie à la psychanalyse, acceptent l’idée que si l’homme est soumis comme tout animal à des pulsions, celles-ci ne s’exercent qu’à travers des comportements qui sont conditionnées par les modèles sociaux, et qui laissent donc une grande place à la diversité, à l’imprégnation par le milieu, et à l’inventivité.

 

Un auteur comme Boris CYRULNIK, mais Henri LABORIT avait insisté sur ce point également, a souligné l’existence de trois cerveaux humains : le reptilien pulsionnel qui nous rattache à la vie animale la plus simple, le cerveau limbique des émotions qui nous rappelle notre parenté avec les autres mammifères, et enfin ce néo-cortex qui permet à l’homme d’atteindre le langage, la conscience, la réflexion et donc la liberté.

 

Un humaniste se doit évidemment de penser que quels que soient les déterminismes génétiques, psychologiques ou sociaux qui pèsent sur l’homme, ce qui fait l’essence de celui-ci, c’est sa capacité à se déterminer lui-même et à choisir. Il n’y a pas d’autre fondement philosophique à une politique qui s'incarne dans la démocratie libérale, parce que l’on ne peut à la fois prétendre que l’homme est déterminé par sa nature et qu’il est un citoyen libre et responsable. La faiblesse des hommes ou des femmes qui cèdent à leur tendance doit certes être prise en compte, mais elle ne peut l’être que dans une action pédagogique ou thérapeutique. Elle ne doit pas être considérée comme un fait naturel.

 

Le paradoxe de notre époque est à la fois de vouloir prétendre qu’on ne naît pas homme ou femme mais qu’on le devient, et de penser que tout comportement est exonéré de responsabilité dans la mesure où il n’exprimerait qu’un gène que la science ne parviendrait pas à découvrir. Un retour à la logique cartésienne permettrait au contraire à la fois de comprendre que l’homme est certes matériellement déterminé, mais qu’il est spirituellement libre.

Près de 150 messages sur ce sujet.

Publié dans France

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Charly 24/04/2007 10:41

Et voilà comment en faisant mine de lutter contre les discriminations, on est soi-même en totale illégalité ou en totale illogique:
D'après le Canard du 18 avril 2007, lors de son entretien avec Onfray dans "Philosophie magazine", sarkozy n'a pas seulement affirmé que la pédophilie ou le suicide des jeunes étaient inscrits dans les gènes mais aussi l'homosexualité. Michel Onfray est formel: "sarkozy a estimé à ce moment de notre entretien que l'homosexualité comme la pédophilie c'était génétique"....
Et moi qui m'étonnait que sur ce sujet on n'entendait plus nos amis de gay lib ni nos amis les zhomos....
Entre nous, je préfère largement l'opinion de l'Eglise et celle de Vanneste (beaucoup plus respectueuse) que celle de Sarko, grand ami d'après Gay Lib des zhomos... Enfin j'dis ça j'dis rien!
A tantôt!

Pro-V. 16/04/2007 17:28

l'UMP est Gay, ah quel bonheur, vivement l'élection de Nicolas pour un monde Gay désormais...---Et vous croyez que ça va nous donner envie de voter Sarkozy ???..........

Nicolas S. 16/04/2007 12:42

Libre trés libre la formidable fête de Gay Lib au siége de l'UMP qui réuinissait l'ensemble de l'UMP il ne manquait que Christian Vanneste car de Nicolas Sarkozy à Francoise de Panafieu, Copé où Raffarin quel fête mes amis , l'UMP est Gay a quel bonheur vivement l'élection de Nicolas pour un monde Gay désormais...a voir http://www.dailymotion.com/sarkozyfr/video/x1prfa_anniversaire-de-gaylib/1

Pro-V. 13/04/2007 21:05

pour la célébrité vous vous plantez totalement puisque ma démarche est  tout le contraire!(jpaul)---Expliquez moi. Vous cherchez donc volontairement à ne pas être célèbre ?

Charly 13/04/2007 16:51

Bah alors vous étiez pas contre la dadvsi vous? Suis à la masse moi...