Intérêt de l'enfant contre intérêts particuliers...

Publié le par Christian Vanneste

Après l’arrêt de la Cour de Cassation qui, très justement, a rappelé « l’intérêt supérieur de l’enfant » et a donc refusé toute forme de reconnaissance de « l’homoparentalité », j’ai voulu me laisser quelques jours de réflexion avant de vous faire part de mon opinion…

 

En premier lieu, bien sûr, je me réjouis de cette décision judiciaire de bon sens (enfin !). Cet arrêt montre combien la Cour de Cassation peut remettre sur le droit chemin de la justice et de la vérité, les élucubrations de certains tribunaux incapables de se défaire du vent du post-modernisme… La lueur de l’espérance existe donc encore pour ceux qui croient toujours en la justice d’un pays démocratique.

 

Pourtant, dans un deuxième temps, je veux ici dire ma totale indignation devant le traitement médiatique complètement scandaleux de cette affaire.

 

Ainsi le quotidien du tout Paris, Le Monde, a commenté l’arrêt de la Cour en donnant la parole à l’inter-LGBT (inter association lesbiennes, gay, bi et trans... Ouf!) qui dénonce l’arrêt de la Cour et souhaite que les pouvoirs publics changent, de toute urgence, la loi dans ce domaine. Ainsi, le message est clair : quand la justice condamne Christian Vanneste, elle fait son travail et la loi est juste, quand la justice ne veut pas reconnaître l’adoption homoparentale, elle le fait mal et il faut donc changer la loi… Quelle vision consommatrice et communautariste du droit ! 

 

Dans Libération, j’ai lu, voilà quelques jours également, que « l’adoption homoparentale » ne concernait pas les hétérosexuels mais bien les couples homosexuels à qui on devait « laisser faire leurs vies… ». J’exprime mon plus profond désaccord : à moins de vouloir généraliser une société où les enfants vont naître dans des éprouvettes, un enfant (mais peut-être vais-je être condamné de nouveau pour réitérer cette évidence ?) naît d’un rapport entre un homme et une femme. L’autorisation de l’adoption des enfants par les couples homosexuels concerne donc toute la société : si un couple vient à disparaître demain, ses enfants pourraient donc être confiés à des couples homosexuels sans son consentement… Est-ce normal ?

 

La réponse que l’on va me faire d’ici peu sera la suivante : c’est de la discrimination. En effet, puisque l’on ne peut pas dire qu’un comportement est moins bien qu’un autre en morale, comme l’exige « la justice » qui m’a condamné, comment, sans être de mauvaise foi, peut-on dire que le couple hétérosexuel est plus à même d’élever des enfants que le couple homosexuel ? Sur quel critère ?

 

Puisqu’il n’y a pas de différence entre les deux formes d’unions, comme nous le répètent sans cesse les relativistes de tout poil, ne pas accorder le mariage et l’adoption aux homosexuels, c’est exercer sur eux une discrimination ! CQFD et la boucle est bouclée…

 

Le seul point de vue logique est bien de considérer que les comportements homosexuels des parents sont moins favorables à l’intérêt de l’enfant que les autres si l’on veut donner tout son sens à la décision de la Cour de Cassation…

Avec 1141 commentaires, ce bloc-note a encore une fois, après le post "Je prends les français à témoin!" en janvier 2006, réalisé un mégalopost, montrant par-là votre attachement à la liberté d'expression et à la liberté d'opinion.

Soyez-en donc chaleureusement remerciés!

Commenter cet article

melydou 21/03/2007 09:44

@Pro V
Justement nature...sortie de son contexte religieux : ça donne "je doute que la nature ait une volonté propre".En plus vous êtes écolo !!!!!! (...)
Si vous connaissez par ouï dire le doute de Descartes, manifestement vous ne connaissez pas le "cogito ergo sum" et ça ne vous arrive jamais de penser.
Je cours prévenir Voynet. Vous êtes vraiment dangereuse.
Bonne idée, elle a la même opinion que moi sur le mariage homo ! Courez la voir Pro V vous ne pourrez que être confronté à votre propre bêtise ! Si tant est qu'elle daigne vous écouter ...
Apparemment vous parlez aussi de la nature au sens environnemental (les ptits arbres, les ptites plantes etc) et vous me sortez le "je pense donc je suis" ?? La nature pense ? La nature a un cerveau et un neurone qui lui permette de penser ?? Bah zut alors ! J'ai oublié de demander à mes plantes vertes ce qu'elles en pensaient ce matin ...
La nature a certes des instincts de survie et une formidable capacité d'adaptation mais elle ne pense pas or pour avoir de la volonté encore faut il penser ou alors vous vous la représentez comme la fée clochette, une fée bienveillante qui veille sur les ptits arbres ?
Croyez bien que si la nature pouvait penser et se défendre seule, l'écologie n'aurait pas de raison d'être !
D'ailleurs si c'est le seul point de désaccord sur le post en réponse à Zap c'est un peu maigre tout ça ! Vous qui étiez d'accord avec le "qui ne dit mot consent" dois je comprendre que vous êtes d'accord avec tout le reste ?
Plus je vous lis plus j'ai pitié de vous mon pauvre petit Pro V ! Etre tellement persuadé d'avoir raison et ne pas réussir à démontrer correctement à tel point que l'on est obligé de se jeter à bras raccourcis sur le moindre petit détail sans importance (comme la greffière et ses gloussements, les 10% de Sharcoux etc etc) cela doit être désagréaaaaable ...

le cabinet parlementaire 21/03/2007 17:38

Le mégalospost a été largement franchi, c'est pourquoi nous avons décidé de fermer les commentaires sous cet article.

Pro-V. 20/03/2007 23:26

Justement nature...sortie de son contexte religieux : ça donne "je doute que la nature ait une volonté propre".En plus vous êtes écolo !!!!!!Une contradiction de plus, mais vous n'êtes pas à ça près, puisque pour vous des parents ça peu être un père et un père, ou une mère et une mère.Je cours prévenir Voynet. Vous êtes vraiment dangereuse.Si vous connaissez par ouï dire le doute de Descartes, manifestement vous ne connaissez pas le "cogito ergo sum" et ça ne vous arrive jamais de penser.Mais puisque vous aimez le doute, vous devriez douter de la légitimité des revendications homosexuelles.

melydou 20/03/2007 22:50

@Pro V
en attendant Zapatrick, je répondrai à un argument :"la nature n'a pas de volonté propre"(melydou)
C'est ça déjà attendez ceux qui savent aligner plus de deux mots avant de parler. Et sinon je cite j'ai dit trés précisément :
"je doute d’ailleurs que la nature, si on la sort du contexte religieux, ait une volonté propre !"
Je "doute", vous savez ce qu'est la notion de "doute" ? C'est comme je "crois", vous evidemment vous ne connaissez que "je sais" et "j'ai raison" mais bon là j'ai dit "je doute". D'ailleurs je suis aussi écolo (c'est con hein!) et je doute toujours que la nature ait une volonté propre, un instinct de survie et d'evolution oui, une volonté telle qu'on l'entendrait pour un homme non je ne pense pas, j'émets un gros doute

Pro-V. 20/03/2007 22:27

en attendant Zapatrick, je répondrai à un argument :"la nature n'a pas de volonté propre"(melydou)-----Proprement renversant. Allez vite dire ça aux écolos qu'ils rigolent un bon coup.bien sûr que si la nature a une volonté propre !!!!!comment fonctionnent certaines activité corporelles inconscientes comme la digestion si la nature n'a pas de volonté propre ?Et une grossesse ? Et le fait qu'un enfant soit conçu à partir de l'union d'une ovule féminine avec le sperme masculin ? Car si la nature n'avait pas de volonté propre à ce sujet vous seriez bien contents de lui substituer la vôtre !....Melydou ou l'art du mensonge !Et tout le reste de votre réponse est du même accabit : aproxiamtions, réponses éludées, mensonges !

melydou 20/03/2007 21:48

Quelle impatience Zap ! Chose promise, chose due je n'ai qu'un parole !
Merci à Melydou qui a approuvé à 100% ces principes de discrimination sexuelle inscrits dans le droit naturel. En effet qui ne dit mot consent. Tant que la nature sera la nature, ces principes resteront à l'abri de toute contestation. Essayez seulement de les inverser, vous verrez à quelle insupportable absurdité vous aboutirez.
 

Je n’ai approuvé AUCUN des commentaires que vous avez laissé ici mon ptit Zap ! Qui ne dit mot consent ? Tiens un dicton à la con ! Ne vous inquietez pas j’avais prévu de vous répondre, mais vous permettrez j’ai aussi une vie à coté je ne peux pas répondre à un truc comme ça sur la minute …
 

Bon déjà que nous soyons d’accord sur le sens que vous donnez à l’humanité :
 

Petit Larousse : Nature humaine, genre humain donc ce qui implique ce qui est inné ET acquis, les sentiments ET la raison
 

LES PRINCIPES LAÏQUES DE LA DISCRIMINATION SEXUELLE (bon là déjà venant de Zap on y croit pas une seconde !!)
 

L’instinct de conservation de l’humanité l’oblige à faire prévaloir une forme d’union naturellement ouverte à la vie (hétérosexualité) contre une forme d’union naturellement fermée à la vie (homosexualité).
 

L’instinct de conservation de l’humanité a bien fait les choses puisque les hétéros ont toujours été majoritaire (ce qui a permis sa survie et ce même en des temps où les humains devaient mourir très très jeune de maladies benignes qu’aujourd’hui on soigne avec 2 cachets !), aucune n’à prévaloir sur l’autre elles cohabitent depuis la nuit des temp. Si l’humanité s’était sentie menacée par l’homosexualité il me semble que la nature se serait chargée elle-même « d’éliminer » ce petit souci, or elle continue à exister après plus de 2 000 000 d’années !
 

Le sens utilitaire de l’humanité l’oblige à faire prévaloir l’intérêt procréatif de l’hétérosexualité sur l’intérêt récréatif de l’homosexualité.
 

Et comment expliquez vous que la nature ait fait que l’acte sexuel soit aussi un  acte de plaisir ? Si cela était purement utilitaire sans plaisir personne ne détournerait l’acte sexuel de l’unique but qu’il impliquerait ! Votre argument est autant valable pour une grande majorité de l’hétérosexualité que pour l’homosexualité. La nature y ayant elle-même inclus une source de plaisir et d’épanouissement l’acte sexuel ne peut être réduit à la seule procréation. La nature a donc un sens utilitaire mais aussi un sens récréatif !
 

Le sens réaliste de l’humanité l’oblige à faire prévaloir la nature objective du résultat de l’union hétérosexuelle (croissance démographique) sur la nature subjective du résultat de l’union homosexuelle (jouissance personnelle)
 

Idem ci dessus
 

Le sens rationnel de l’humanité l’oblige à faire prévaloir un comportement ordonné selon ses normes objectives immuables (hétérosexualité), contre un comportement tendant à la convertir aux normes subjectives qu’il promeut (homosexualité).
 

Bon déjà nous avons un souci sur le terme « norme objective immuable » … Il me semble que si la nature avait voulu une « norme objective immuable » l’homosexualité n’existerait tout simplement pas. Pourquoi permettrait elle donc l’homosexualité si la nature elle-même définit une norme (je doute d’ailleurs que la nature, si on la sort du contexte religieux, ait une volonté propre !)
 

Le sens hiérarchique de l’humanité l’oblige à faire prévaloir l’ordre hétérosexuel dont elle procède sur le penchant homosexuel qui procède d’elle (de sa nature corrompue).
 

Pareil, en quoi la nature aurait elle voulu (si encore une fois on lui attribue une volonté propre ce qui n’est pas le cas sorti du contexte religieux) faire une hiérarchie de quoi que ce soit ? Son seul « sens hiérarchique » (sic) qu’on peut reconnaitre a fait en sorte qu’il y ait toujours plus d’hétérosexuels que d’homosexuels ! Et encore là c’est plus l’instinct de conservation que le sens hiérarchique qui a parlé.
 

Le sens politique de l’humanité l’oblige à privilégier une activité sexuelle d’intérêt général (hétérosexualité) par rapport à une activité sexuelle d’intérêt particulier (homosexualité).
 

Le sens politique d’une démocratie l’oblige à privilégier l’intérêt général en y excluant toute forme de ségrégation et de discrimination. Après les noirs, les juifs, les femmes il faut que le sens politique de l’humanité légifére maintenant pour remettre les homosexuels à leur place de citoyens dans la société (à savoir pas uniquement des personnes qui ont des devoirs mais aussi des personnes qui ont des droits). Quelque soit le droit en question, la sexualité ne devrait pas être pris en compte, mariage y compris !
 

Le bon sens linguistique de l’humanité l’oblige à faire prévaloir la distinction lexicale (un père, une mère) relative à la famille hétéronormée, contre la confusion lexicale (deux pères, deux mères) relative à la famille homoparentale.
 

La nature a fait le dictionnaire ? Ah bon … Le « bon sens linguistique » de l’humanité a fait en sorte que les mots soient des choses vivantes qui évoluent (je suis sûre que nous pouvons trouver des centaines et des centaines d’exemples depuis la première impression du premier dictionnaire édité en passant en 1539! Je vous mets au défi de trouver des mots qui n’ont jamais au grand jamais évolué avec la société). Les mœurs changent le dictionnaire et les mots changent avec ! Le dictionnaire ne fait pas l’homme, l’homme fait le dictionnaire.
 

Le sens moral de l’humanité l’oblige à faire prévaloir le droit de l’enfant sur le droit à l’enfant.
 

Sens moral (petit larousse) :conscience du bien et du mal
 

Le sens moral de l’humanité se rend bien compte que le droit de l’enfant n’est en rien bafoué en sein d’une famille homosexuelle ! De plus le « sens moral » de l’humanité ne peut être précisement défini car il n’y a que la religion qui impose un certain sens moral avec des regles à suivre, la loi elle fixe des régles qui evoluent (elles, sinon à quoi bon avoir une assemblée nationale et un gouvernement si les lois qui régentent le pays étaient inscrites dans la pierre). En admettant que le sens moral de l’humanité soit vraiment le droit de l’enfant, l’humanité/la nature ou n’importe qui ne devrait pas permettre de faire naitre des enfants dans une famille hétérosexuelle d’alcooliques, de violents, de pédophiles etc, or la nature n’a jamais fixé aucune barrière sur ces cas là ! La nature a-t-elle donc une morale ?
 

Ensuite en imaginant que l’humanité ait un sens moral si la loi n’était pas là pour fixer des limites (et là j’en doute fort !!) on tombe donc (je vous le donne en mille !) sur la moralité religieuse ! Là evidemment l’eglise dit « homo c’est pas bien » mais bon étant donné que vos arguments sont censés être laïques on enléve donc du cadre la morale catho et donc on tombe sur les lois qui nous disent (je vous le redonne en mille) que l’homosexualité n’est pas un crime (donc pas assimilée au « mal ») et qui ne disent pas non plus qu’un enfant doit être elevé par un pére et une mére (ou plus généralement par un homme et une femme) mais qu’il peut etre elevé aussi par une mére seule ou un pére seul (reconnaissance et aide aux parents isolés ça c’est dans la loi) ou même par un oncle ou une grand mére (tuteurs légaux)
 

Le sens juridique de l’humanité l’oblige à rejeter une décision de justice attentatoire par les attendus qui la motivent au droit codifié qui règle la justice (condamnation de Christian Vanneste) ; de même qu’il l’oblige à rejeter une loi préjudiciable par ses postulats à sa propre autorité (ainsi le mariage gay, fondé sur l’innéité contraignante de l’orientation homosexuelle, qui ouvre la porte au mariage bisexuel fondée sur l’innéité contraignante de l’orientation bisexuelle, ainsi l’homoparentalité qui ouvre la porte à la multiparentalité).
 

La je me suis endormie au deuxième mot excusez moi ... mais bon le sens juridique de l’humanité se doit de défendre les citoyens contre ceux qui les attaquent ou ceux qui incitent à la haine et cela dans l’intérêt général. Le sens juridique de la société et donc de l’humanité doit œuvrer pour le bien commun, et on œuvre pas pour le bien commun en rejettant des minorités. Le sens bon juridique de l’humanité doit aussi reconnaître que tous les citoyens ont la même valeur à ses yeux en, après leur avoir demandé d’accomplir les mêmes devoirs, lui accordent les memes droits.
 

Le sens commun de l’humanité l’oblige à combattre le lobby gay.
 

Sens commun (petit larousse) : Jugement de la généralité des hommes
 

Donc là en l’occurrence vous vous placez en tant que opinion majoritaire, or vous l’avez admis vous-même, l’opinion majoritaire est plutot en faveur du mariage homo et de l’adoption qui arrivera un jour ou l’autre … donc le sens commun est d’accepter le mariage homosexuel et l’adoption par les couples homosexuels