Violence scolaire.

Publié le par Christian Vanneste

Vous vous rappelez sûrement cet article du Point, en date d'août dernier, qui avait suscité une polémique car il classait les collèges selon qu'ils étaient violents ou pas. J'avais alors écrit au Ministre de l'Education nationale, afin d'en savoir un peu plus, et voici sa réponse en date du 12 décembre:

"L'enquête SIGNA de recensement des actes de violence en milieu scolaire existe depuis la rentrée scolaire 2001. Elle couvre l'ensemble des établissements publics où elle recense des incidents et non des personnes. C'est pourquoi elle ne permet pas de connaître le nombre d'enseignants ayant été victimes d'actes de violence, mais uniquement le nombre de faits de violence dont ils ont été l'objet. Un acte doit être recensé dans SIGNA s'il vérifie au moins l'une des conditions suivantes : 1) l'acte à un caractère pénal évident ; 2) il a fait l'objet d'un signalement à la police ou à la gendarmerie, à la justice ou aux services sociaux du conseil général ; 3) il a eu un retentissement important dans la communauté éducative. SIGNA dispose de trois rubriques relatives aux violences physiques : violences physiques sans arme, violences physiques avec arme ou arme par destination et violences physiques à caractère sexuel. C'est la somme des signalements de ces trois actes qui a été retenue comme « nombre de violences physiques ». Le tableau ci-après présente l'évolution du nombre de violences physiques ayant un enseignant pour victime entre 2002-2003 et 2005-2006. Ces valeurs sont présentées en nombre brut.

2002-20032003-20042004-20052005-2006
Nombre d'incidentsNombre d'incidentsEvolutionNombre d'incidentsEvolutionNombre d'incidentsEvolution
950 1 140 + 20 % 1 169 + 3 % 1 320 + 13 %

Le nombre de violences physiques dont sont victimes les enseignants a donc enregistré une troisième hausse consécutive en 2005-2006 de + 13 %. La hausse la plus importante a eu lieu en 2003-2004 (+ 20 %), année durant laquelle le nombre total de signalements de violences (tous actes et toutes victimes confondues) avait enregistré une forte augmentation (+ 12 %). Il faut souligner que l'acte auquel les enseignants restent de très loin les plus exposés est l'injure ou la menace qui représentent 70 % des incidents dont ils sont les victimes."

 

 

N'hésitez pas à me faire part de vos réflexions!

Publié dans France

Commenter cet article

fawzia rouani 28/12/2006 12:36

Bonjour j ai le plaisir de vous adressez une aide de documentation je  suis psychopedagogue a alger   je cherche  questionnaire sur bulling  merci pour votre aide  merci      suis madame rouani  fawzia    mn email fowzia9ghama@yahoo.fr

citoyen et homo 15/12/2006 17:35

je m'adapte au mode de pensée dominant de ce site,
 si on donne plus de droits aux homos,  forcément ensuite ils pourront adopter des gamins,
si on empêche Vanneste de dire ce qu'il veut, forcément un de ces jours on aura plus le droit de ne rien dire du tout.....
Donc si on cherche a défendre le machisme, forcément il ne faudra pas s'étonner ensuite que des hommes considèrent des femmes comme des objets à leur service.....c'est bien comme ça qu'on raisonne ici non?
 

citoyen et homo 15/12/2006 17:25

en effet et merci de  reconnaitre cette supériorité, puisque j'ai l'infériorité de l'orientation sexuelle, c'est déja ça
, au passage je préfère le robert ou le Trésor de la Langue française au Larousse, c'est un peu plus  complet et sérieux:
"Machisme, subst. masc. (dans l'article MACHO, subst. masc.)

Homme qui a une conscience exacerbée de sa supériorité virile, et qui prône la suprématie du mâle. Synon. phallocrate. Qui sont-ils, ces trois violeurs de campings? De dangereux psychopathes, des «machos» hypersexués, des maniaques impuissants, des criminels en cavale? (M. RIGHINI ds Le Nouvel Observateur, 29 sept. 1975, p. 51, col. 1). Seuls quelques machos rétrogrades pensent encore que les capacités intellectuelles ou les qualités professionnelles des filles peuvent être inférieures à celles des garçons (Chr. COLLANGE, Je veux rester à la maison, Paris, Grasset, 1979, p. 30).REM. 1. Machisme, subst. masc. Idéologie héritée de la civilisation ibérique et plus spécialement ibéro-américaine, qui prône la suprématie du mâle (d'apr. M.-T. Guinchard ds Pt ROB.). 2. Machiste, adj. De macho. Comportement machiste (L'Est Républicain, 2 févr. 1981, p. 12).Prononc. et Orth.: [ma(t)]. Plur. des machos. Étymol. et Hist. 1. 1971 Macho «Latino-américain qui fait sentir sa supériorité de mâle» (M.-Th. GUINCHARD et P. PAOLANTONI, Les Papouchs et l'Amérique latine, p. 262); 2. 1971 «phallocrate» (ID., ibid., p. 241). Mot hispano-amér. signifiant «homme qui fait sentir sa supériorité de mâle» (1928 ds NED Suppl.2), empr. à l'esp. macho «mâle» (début du XIIIe s. ds COR.-PASC.); du lat. masculus «id"

PSEUDO 15/12/2006 15:34

Citoyen et homo dit  "et machin vient ironiser sur le machisme .....il ya tout de même de quoi s'énerver devant autant de bétise..."
Définition du machisme (larousse 2006) : idéologie et comportement fondée sur l'idée que l'homme domine socialement la femme et qu'il faut, en tout,  faire primer de supposées vertus viriles.
c'est vous qui êtes bête de ne pas comprendre le sens des mots... un jeune qui viole, se comporte comme un abruti n'est plus un macho mais un criminel; mais vous êtes d'une telle supériorité intellectuelle

MONTEAU PATRICK 15/12/2006 15:17

Et je dirai même mieux - n'ayant aucun intérêt à défendre ou à m'opposer à la ponographie- que je souhaite la complète interdiction de la ponographie en France et la fermeture de l'ensemble des lieux qui incitent délibéremment aux relations sexuelles sur place (comme les boites échangistes pour les hétéros, les saunas, les sex-shops, les backrooms, les sex-clubs, les discothèques où l'on b.. dans les WC..etc...)
A bon entendeur. !