Tribune Valeurs Actuelles.

Publié le par Christian Vanneste

 Valeurs Actuelles n° 3652 paru le 24 Novembre 2006

La tribune de Christian Vanneste

Pour la liberté d’opinion

Pensée unique, politiquement correct, terrorisme intellectuel : ces trois expressions désignent une évolution paradoxale de notre société, en même temps qu’une menace insidieuse sur celle-ci. Alors qu’en apparence la démocratie l’emportait et se développait, sourdement elle perdait de sa force et de sa vitalité. Faute d’un adversaire réel, des dangers illusoires envahissaient le devant de la scène tandis que le confort des indignations hypocrites étouffait la possibilité de débats dont la vivacité même devrait être l’indice d’une démocratie saine.


Un professeur exclu d’un jury de Capes pour avoir écrit la Fabrique du crétin, un auteur chassé de la Comédie-Française pour avoir assisté à un enterrement, un historien poursuivi pour avoir effectué des recherches sur la traite négrière, des lois mémorielles assorties d’une pénalisation de la pensée, un professeur de philosophie tenu de se cacher pour avoir publié une tribune sur l’islam, des campagnes visant à censurer l’ironie, l’humour, la caricature : on a beaucoup de mal à croire que tout ceci se passe dans le pays de Beaumarchais et de Voltaire. La condamnation absolue des uns, le respect absolu pour les autres ne sont pas les signes d’une démocratie adulte et responsable.

 


Mon aventure, ou plutôt ma mésaventure personnelle, me semble se situer dans ce mouvement de régression. Professeur de philosophie, parlementaire, je me suis opposé à l’introduction de trois articles consacrés à la protection de l’orientation sexuelle et à la pénalisation de “l’homophobie” dans la loi instituant la Halde (Haute Autorité de lutte contre la discrimination), en décembre 2004. J’ai été condamné en janvier 2006 pour avoir justifié mon vote dans des entretiens accordés en janvier 2005 à deux journaux locaux.

 


Les expressions incriminées contenaient l’affirmation d’une infériorité morale du comportement homosexuel et d’un sectarisme des militants homosexuels. Sans vouloir développer mon argumentation, je voudrais simplement appeler l’attention sur le scandale que constitue la condamnation dont je suis victime dans une démocratie.
Il s’agit bien de la censure d’une opinion, d’ailleurs répandue et largement majoritaire dans l’Histoire et dans le monde. Cette opinion est celle d’un parlementaire qui s’est opposé à une loi. Elle a été exprimée pour justifier ce vote. De ce point de vue, au-delà des dates, puisque les propos incriminés sont publiés moins d’un mois après la promulgation de la loi, on peut bien parler d’une application rétroactive puisqu’il s’agissait, pour moi, de justifier une position antérieure à la loi. Enfin, qu’un tribunal puisse interdire à un parlementaire d’exprimer son opinion sur une loi est à l’évidence une atteinte à la séparation des pouvoirs, en accordant bizarrement un avantage à l’autorité judiciaire sur un élu du peuple.

 


Deux faits viennent d’ailleurs renforcer cette analyse : lors du vote des articles, et le ministre de la Justice qui était alors Dominique Perben, et le rapporteur Pascal Clément (devenu ministre de la Justice) ont précisé que cela n’interdisait pas le débat (sic). J’ai, depuis, déposé une proposition de loi reprenant les termes qui me sont reprochés et qui vise à abroger la partie liberticide du texte de décembre 2004. Cette proposition est juridiquement inattaquable puisqu’elle se situe dans le champ du travail parlementaire.

 


Je me bats pour que le débat puisse avoir lieu et que la pensée de l’Autre puisse être sinon entendue, du moins écoutée, parce qu’elle aura eu le droit de s’exprimer.



Christian Vanneste est député du Nord, vice-président de la communauté urbaine de Lille.

Christian Vanneste

Publié dans France

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Pro-Vanneste 01/12/2006 11:39

...et aussi Maurice Allais, prix nobel, mais économiste pas politiquement correct...

christian pÚne 01/12/2006 07:49

...sans oublier les manoeuvres d'ostracisme dont pascal salin notre meilleur économiste , a été l'objet de la part de ses pairs
 
courtoisement

Pro-Vanneste 29/11/2006 22:06

Saint-Ex avait tout à fait raison.Et qu'est-ce qu'on va rendre ànos enfants ?...

PSEUDO 29/11/2006 17:48

ce qui a suivi les 30 glorieuse, ce sont les 68ards avec leur révolution sexuelle et la remise en question de tout ce qu'avait construit leurs parents : résultat, nous n'avons plus de repères.
Aujourd'hui , ils sont devenus les "bobos" ;  se donnent un genre très moderne, on les trouve beaucoup  chez les parisiens mais aussi en  province : ils sont de gauche et on se demande pourquoi car ils ont un portefeuille d'actions et tout le tralala
l'euthanasie : encore une demande de la gauche... quel progrès. 

harakiri26 29/11/2006 16:40

St Exupéry : "On n'hérite pas la terre de nos ancêtres, on l'emprunte à nos enfants."(J'aime pas laisser un truc en suspens)