Pour les entreprises d'insertion par l'activité économique!

Publié le par Christian Vanneste

J’avais écrit, en mai dernier, au Ministre de l’Emploi, Monsieur Jean-Louis BORLOO, au sujet de la situation des structures d’insertion par l’activité économique du Nord-Pas-de-Calais, suite à une lettre assez alarmante du Président de l’URIAE de ma région (http://www.uriaenpdc.org/uriae/index.html).

 

 

 

 

Ces structures d’insertion par l’activité économique qui font le pari d’amener à l’emploi des personnes qui se sont éloignées par les difficultés sociales et le manque de qualification ou d’expériences professionnelles, sont un outil essentiel de la lutte contre le chômage. C’est pourquoi le Gouvernement a voulu que la consolidation et le développement de ces structures d’insertion soient des axes prioritaires de sa politique en faveur de la cohésion sociale.

 

 

 

 

Le Président redoutait que les engagements souscrits par l’Etat en 2005 soient amputés des crédits de paiement qui n’ont pas été reportés en application des nouvelles dispositions de la loi organique relative aux lois de finances.

 

 

 

 

Jean-Louis BORLOO a tenu à me préciser, dans sa réponse, que « l’évolution de nos règles budgétaires est sans incidence sur les engagements pris par le Gouvernement en faveur de l’insertion par l’activité économique et les crédits inscrits en loi de finances initiale pour 2006 doivent permettre de consolider en 2006 les acquis de 2005. »

 

 

 

 

Je suis heureux de constater qu’en mobilisant toutes les énergies, nous pouvons tout mettre en œuvre au service de l’insertion et de l’emploi des femmes et des hommes de notre région touchés par le chômage et l’exclusion.

 

 

Commenter cet article

harakiri26 23/08/2006 11:51

Pourquoi diable faut-il que la plupart de vos interventions soit me laisse perplexe comme celle-ci, soit m'énerve (comme DADVSI) ??J'avais lu ceci il y a qq jours : http://challengestempsreel.nouvelobs.com/business/arti_59406_30766.htmlVotre avis ?

armelle 21/08/2006 15:11

La lutte contre l'exclusion doit être, avec la sécurité, la première des préoccupations de nos gouvernants. La légère reprise de l'activité économique ne doit pas nous faire oublier l'immense détresse de plusieurs milliers de nos concitoyens. L'affaire des tentes pour les sdf à Paris en est un exemple parfait: cela n'a strictement servi à rien (cf avis de la fondation de l'abbé Pierre sur les tentes de médecins du monde).