La Palme à l'article 4 !

Publié le par Christian Vanneste

       Le Festival de Cannes, qui s’est achevé dimanche, a distingué le film « Indigènes » de Rachid Bouchareb et ses acteurs.

      

Nous nous félicitons de voir enfin reconnus l’action et le sacrifice de ces soldats coloniaux morts pour la France et pour la Liberté à la faveur d’une œuvre d’art.

Mais cette distinction cinématographique nous amène aussi à regretter amèrement l’abrogation de l’article 4 de la loi du 23 février 2005 qui prévoyait en son deuxième alinéa : « Les programmes scolaires reconnaissent en particulier le rôle positif de la présence française outre-mer, notamment en Afrique du Nord, et accordent à l'histoire et aux sacrifices des combattants de l'armée française issus de ces territoires la place éminente à laquelle ils ont droit. »

Samy Naceri a dit qu'"à l'école, on ne nous a jamais parlé des pieds-noirs, des juifs, des maghrébins qui ont défendu la France"…

L'article 4 visait à réparer cet "oubli"; aujourd'hui, c'est le Festival de Cannes qui le fait.

Christian VANNESTE et Lionnel LUCA

 

 

 

 

Publié dans France

Commenter cet article

toujours là..pour la France 27/09/2006 00:03

Je viens de voir le film Indigénes...
Je n\\\'aurais qu\\\'un seul mot : vive l\\\'Algérie française...
et tous vivaient en harmonie
La métropole = luxure, trahison et décadence.
Bon film dans l\\\'ensemble, montrant toute l\\\'authenticité (et l\\\'amibiguité) de la relation entre européen de souche et musulmans.
VIVE L\\\'ALGERIE FRANCAISE
VIVE LA FRANCE
MC petit fils d\\\'"africain"...

Vincent 30/05/2006 18:43

Rhaaa ! Mais Monsieur le député de la Nation d'extrême droite allez y dites nous ce dont vous aviez réellement derrière la tête arrêtez la langue de bois, vous avez invité monsieur Copé et bien faite comme lui !

Louis Cypher 30/05/2006 13:50

De plus, lolou, le temps utilisé est l'impératif, ce qui ouvre la voie à ceux qui ne voudraient parler QUE des points positifs : en histoire, rien n'est blanc ou noir, tout est nuancé. C'est le BA-BA d'un cours d'histoire réussi ; imposer une vision partiale de l'Histoire (comme la formulation de cette ex-loi le permettait du fait de son ambiguité sémantique) releve d'un régime dictatorial.... Des cours sont dispensés en faculté de lettres mettent l'accent sur l'importance des mots, de la sémantique : la langue française est riche, très riche, chaque mot, chaque virgule a son importance. Et encore plus en matière de loi. N'importe quel avocat vous le dira, d'ailleurs... Un texte législatif ne PEUT PAS supporter l'approximation : la loi doit être claire, sinon, le texte ouvre la porte à n'importe quelle interprétation.Les législateurs d'aujourd'hui sont de bien piètres rédacteurs, ce qui amène un véritable danger pour la République : des lois tellement floues qu'elles peuvent dire tout et son contraire.Pondre un texte de loi "historique" sur des événements qui ont eu lieu il y a moins de 40 ans relève également de la plus élémentaire stupidité : cela ne fait que raviver des mémoires meurtires des 2 côtés. Le cinéma (quelques fois), et la culture dans son ensemble, permet d'ouvrir des débats de longue haleine, permet d'ouvrir les réflexions, permet de s'interroger sur le passé. L'oeuvre cinématographique citée par Mr Vanneste, quelque soit sa qualité, aura au moins le mérite de mettre en lumière ceux qui se sont sacrifiés pour la France. De rouvrir le débat public. De faire évoluer les consciences. Et peut être, un jour, d'amener à la rédaction d'un texte de loi "intelligente" et applicable (ouh là, j'en demande beaucoup, là !!!). Monsieur Vanneste pleure sur un texte de loi mal écrit, mal ficelé. Pourquoi, puisqu'il est de formation philosophique, n'en propose t'il pas un nouveau ? C'est un peu plus dans ses compétences que les DADVSI, non ?

elroy 30/05/2006 12:06

non "en particulier" signifie "en particulier "
et "notamment" "notamment"
les texte de lois ne peuvent pas se permettre l'aproximation.
surtout que "notamment " est utilisé dans le sens de " notamment " plus loin dans la phrase signifiant bien que "en particulier" n'as pas le sens de "notamment ".
mais bien de en particulier. que l'on peut traduire par "en mettant l'accent sur ".
la traduction d'un texte en français vers le français est un exercice étrange.
en français un mot n'en remplace pas si facilement un autre "en particulier" dans un texte de loi.

lolou 30/05/2006 11:15

vous êtes vraiment des anzes... où est le révisionisme dans ce texte ?!!! "en particulier" signifie "notamment" et pas "exclusivement"... mais il n'y a pas plus sourd que celui qui veut pas entendre...