Textile en danger.

Publié le par Christian Vanneste

Voici la lettre que j’ai écrite à Dominique de Villepin concernant le secteur sinistré du textile.

 

Monsieur le Premier Ministre,

 

     J’ai l’honneur d’attirer votre attention sur la situation très préoccupante des entreprises textiles situées dans ma circonscription, qui ont connu au cours des années 2004-2005, de très nombreuses pertes d’emplois, et de nombreuses fermetures.

 

 

 

Alors que le Gouvernement a, et vous l’avez encore une fois souligné le mardi 23 mai lors de votre visite sur le site de la SOGERMA,  comme priorité absolue, l’emploi, il semble particulièrement important pour l’économie de notre pays d’éviter que ces entreprises textiles ne disparaissent avant que de nouvelles formes de production textile ne prennent le relais au sein du pôle de compétitivité UPTEX. Le Nord Pas-de-Calais est la seconde région en France pour l’industrie du textile. La filière emploie près de 30 000 salariés et compte plus de 1 000 établissements. Cependant, depuis 2003-2004, le bassin de Roubaix-Tourcoing-Vallée de la Lys a perdu 2 630 emplois. 

 

C’est ainsi que la TEINTURERIE DES FRANCS, la FILATURE DES ARCHERS, la FILATURE DESURMONT, l’entreprise CAULLIEZ Frères, LE PEIGNAGE DE LA TOSSEE et d’autres encore, à Tourcoing, ont connu chacune plus d’une centaine de licenciements. A Linselles, l’entreprise TISSAGE DE LINSELLES a subi plus de 119 pertes d’emploi en 2004. Ces entreprises ont cessé leur activité au moment même où l’Etat intervenait fortement sur le dossier METALEUROP.

 

 

 

Depuis une nouvelle vague de fermetures d’entreprises a frappé le secteur textile. Bien sûr, il s’agit à chaque fois de PME et le nombre de licenciements paraît limité, mais dans une agglomération essentiellement vouée au textile, jadis, ces fermetures atteignent la population au plus profond d’elle-même. De plus, les salariés de ces entreprises sont le plus souvent peu qualifiés et connaissent de grandes difficultés de réinsertion professionnelle. Le dernier tissage de denim en France, l’entreprise BONDUEL, vient d’être liquidé avec une perte de 80 emplois. Aujourd’hui, c’est l’entreprise TISSAVEL, spécialisée dans la production de fourrures synthétiques qui est à la recherche d’un repreneur. Il s’agit là d’un fleuron du bassin d’emploi de Roubaix Tourcoing Vallée-de-la-Lys qui n’avait pas hésité à absorber son concurrent allemand, il y a 18 mois.

 

Je vous serais donc extrêmement reconnaissant d’étudier la situation de ce secteur avec attention afin que l’Etat puisse intervenir de manière aussi forte qu’il le fait par ailleurs. Cette action devrait revêtir deux priorités. La première est d’ordre social et doit viser à réunir tous les moyens pour faciliter le retour à l’emploi des personnels licenciés. La seconde, devrait tendre à faciliter la reprise des activités qui connaissent des difficultés surmontables. J’ai eu l’occasion dans le passé de vérifier la compétence et l’efficacité du CIRI dans ce domaine.

 

 Je ne saurais que trop insister sur l’urgence de la situation, car la disparition de ces entreprises textiles est vivement ressentie dans le secteur, contribuant à l’aggravation du climat social.

 

Souhaitant toute votre compréhension, et avec mes vifs remerciements anticipés, je vous prie de bien vouloir agréer, Monsieur le Premier Ministre, l’expression de ma haute considération.

 

 

 

 

        Par ailleurs, j’organise une réunion du groupe Textile de l’Assemblée, dont je suis le Président, avec les co-présidents de l’Union Française de l’Habillement (UFIH http://www.lamodefrancaise.org/fr/organisations_federations/ufih.html), demain matin.

 

Il est plus que temps d’agir !

Commenter cet article

lebrun 30/05/2006 11:27

La perte du pouvoir d'achat vient de ce que la masse des bénéficiaires d'allocations sociales grossit
et les revenus nets des contribuables qui payent les prélèvements correspondants diminuent .
Le phénomène n'ayant pas de fin prévisible avec
d'une part les immigrants démunis qui affluent
et d' autre part les actifs de la classe moyenne qui s'appauvrissent ou s'expatrient,
y voir d'autres causes relève tout simplement  de la politique de l'autruche.

elroy 30/05/2006 09:57

et ça na absolument rien a voir avec la perte du pouvoir d'achat.
ni avec les patron voyous qui demenage les usine en pleine nuit et licencie pour faire monter leur actions....
rien a voir du tout ...
a propos une de vos solutions pour le textile c'est la tva social, Mr Vanneste quel est votre avis sur l'echec monumental de cet mesure il y a 10 ans au Japon. je n'est toujours pas eut de reponse claire

lebrun 29/05/2006 23:11

Vous savez,  Mr Vanneste, le textile est surtout victime de la situation trouble dans laquelle nous vivons. 
 On a favorisé l'uniformisation de la tenue, cela exclu tpar principe la diversité , d'où disparition des fabriquants créateurs ...
 Adieu les petits tailleurs seyants et "féminins de Gaston Jaunet ,
Adieu les robes bien cousues et repassées...
et vive le Jean, ..
.vive les robes "destructurées en forme de parapluie inversé
qui ont transformé les femmes en mendiantes des années 1940 !
Qui dit moins de diversité et de création, incite les commerçants à se fournir non plus à l'usine qui paie ses taxes et sert des salaires honnêtes,
mais chez de simples "assembleurs" dans les ateliers clandestins du Sentier à Paris qui pratiquent en masse les ventes sans facture officielle , sans grande réaction des gouvernements, à croire que certains partis politiques viennent aussi y puiser leurs ressources "hors taxes" en échange de leur tolérance !
L'autre problème encore plus grave a été , dés les années 1970,
le tranfert de technologie au Sud Est Asiatique par des industriels trop pressurés par les prélèvement fiscaux et sociaux.
J'ai eu l'occasion , en visitant en Vendée, un client exportateur , fabricant de vêtements d'enfants, parvenu au sommet de l'optimisation de son outil industriel par recours à la coupe informatique et dégageant une excellente rentabilité , mangée par les charges fiscales et sociales,
de l'entendre me dire qu'il en avait assez de travailler pour engraisser des fonctionnaires
et que désormais il se contenterait d'encaisser des royalties, à l'Etranger !
...en vendant aux Indiens et Chinois, son " Savoir faire" pour la construction d' usines "clés en mains".
J'ai eu beau lui dire que ses partenaires ne s'adonneraient pas , au début, au marché intérieur mais commenceraient par rechercher des devises en exportant...chez nous.
Il m'a répondu que c'était le problème des responsables politiques qui n'avaient qu'à être aussi peu gourmands en prélèvements que des pays comme les USA.
Avec en plus les incessantes attaques contre les patrons qui prévalent chez les syndicats, bien relayés par notre Télé,
je crains que la situation de nos industries textiles ne pourra que se dégrader,
à moins qu'on décide d'exporter en masse
 nos énarques gloutons
et nos syndicalistes irresponsables .
 La C G T en Chine, ça vaudrait son pesant de moutarde comme on dit à Dijon!

Paul 29/05/2006 19:25

Merci Monsieur Vanneste.
Je ne vous connais pas, je suis arrivé sur votre site par un lien.
Je tenais à vous remercier (outre votre combat qui me paraît bon quoique peut être outrancier) pour ce post: en effet, ancien employé d'une usine textile de la région lyonnaise (la première de France), j'ai moi-même connu ces industries licenciées petit à petit, même si le secteur de la soierie lyonnaise s'en sort plutôt mieux, avant d'être moi-même poussé vers la retraite.
Vos électeurs ont de la chance d'avoir un homme aussi compétent pour les soutenir.
Respectueusement
Paul M.