Pâques...

Publié le par Christian Vanneste

 

Hier, Pâques:

Vous n'êtes pas sans savoir que c'est la fête la plus importante pour les Chrétiens du monde entier puisqu'ils célèbrent, ce jour-là, la résurrection du Christ. Celle-ci est primordiale puisqu'elle justifie l'originalité de la foi chrétienne (en effet, selon saint Paul, sans la mort et la résurrection de Jésus, la foi serait vaine): un Dieu, très miséricordieux, qui meurt pour racheter les fautes des individus. D'un point de vue anthropologique, elle met en relief le caractère tout à fait révolutionnaire du christianisme, je vous recommande, dans cette optique, la lecture des ouvrages (trop peu lus en France) de René GIRARD (notamment La Violence et le Sacré et Je vois Satan tomber comme l'éclair).

J'ai beaucoup apprécié les appels du Pape BENOIT XVI, lors du Chemin de Croix de vendredi, et plus particulièrement lors de sa bénédiction urbi et orbi, pour la concorde entre les peuples, les religions et les cultures, alors que les juifs et les musulmans fêtent également de grands évènements ces jours-ci. En lisant Le Figaro, j'ai appris que Mgr Vingt-Trois, l'Archevêque de Paris, avait déploré le manque de culture religieuse, je tiens à vous signaler que j'ai déposé la semaine dernière une QE à ce sujet au Ministre de l'Education nationale.


Mais Pâques est également un jour de joie pour tous les amateurs de chocolat, dont je suis, et surtout ce week-end fut pour moi l'occasion de vivre des grands moments sportifs dans le Nord: après la victoire du TLM, notre fameuse équipe de volley, contre Paris la semaine dernière, je me suis réjoui d'avoir pu assister à un match de boxe thailandaise à Comines et d'avoir pu remettre les récompenses aux basketteurs internationaux venus jouer un sacré tournoi à Tourcoing. Ces nombreuses rencontres m'ont conforté dans l'idée que le sport est bien une vertu intégratrice.


Enfin, aujourd'hui, avec les sympathiques adhérents de l'Association des Amis de Christian Vanneste (qui comptera bientôt près de 300 membres), j'ai passé toute ma matinée à la braderie de la Rue du Brun Pain: sous un charmant soleil printanier, les échanges furent cordiaux avec les tourquennois venus en famille profiter de ce jour férié.


Ce week-end a donc été un merveilleux moment pour moi à une exception près: ayant voulu déjeuner, après la braderie, dans un restaurant de Tourcoing, j'ai du mettre une bonne heure pour en trouver un: Tourcoing, ville de près de 100 000 habitants, est bien devenu une ville dortoir après 17 ans de socialisme alors qu'à 10 minutes d'ici, en Belgique, jour férié ou pas, la plupart des commerces sont ouverts...

 

 

 

Commenter cet article

elroy 26/04/2006 10:56

Si mon patron avait payé moins de charge mon salaire n'aurait pas changer.
et si il avait pu me payer moins il l'aurait fait.Les trois patrons successifs que j'ai eu dans le même commerce était taillé dans le même bois.J'ai du former moi même le dernier.
Etant dans le commerce j'ai vu "l'honneté" de plusieurs patrons du privé envers ses employés et envers ses clients

Je travaille dans l'éducation national actuellement, me leve a 5 heures du matin et rentre chez moi à 19h30.
pour le smic toujours...l'état etant un trés mauvais enployeur
mais j'estime que c'est un travail honnete.

Laissez le dimanche aux employés.

Luc 24/04/2006 22:40

Cher ElroyRassurez vous on ne vous prend pas pour un stalinien assoiffé de sang mais plus simplement pour une victime du système, et une victime qui s'ignore !Vous êtesvraiment très malheureux d'être obligé de travailler le dimanche !  Pourquoi ne l'avez-vous pas dit à Vanneste ?... Il serait allé déjeuner chez vous dimanche dernier et tout aurait été parfait !!!Mais vous pouvez changer de branche et essayer de rentrer à Bercy. Là, vous ne travaillerez que le matin et l'après-midi vous irez jouer au tennis, payé par nos impôts, et vous partirez le vendredi à midi pour ne revenir que le lundi à 10 heures.Sauf si vous craignez, à juste titre,  que tous ces avantages des fonctionnaires,  chèrement acquis à nos dépens et à nos frais s'évanouissent. Car un jour il faudra en arriver à licencier tous les fonctionnaires inutiles.  Comme en Suisse, en Angleterre ou ailleurs.   Alors vous préfèrerez peut-être l'indépendance et l'hônneteté d'un emploi dans le privé, et vous commencerez à vous battre pour que votre patron, payant moins de taxes imbéciles, puisse vous  salarier  plus décemment, ce qu'il préfèrerait  très certainement faire s'il en avait la possibilité ! Courage , on vous comprend !

elroy 24/04/2006 13:25

en Arabie? argument interressant... on aurrait put parler d'USA ou de Chine.
passont sur le debat faussé que cela implique

Comment un employé de petit commerce,peut refuser de travailler un dimanche, sans prime je l'ai fait pendant 3 ans.
j'été au smic,et pas en mesure de perdre mon emploi.

avec le CNE la possibilité de contestation est encore amoindrie.

si on légifere pour l'ouverture dominicale des commerces mecaniquement "les primes", déja menacé , vont disparaitre.

il faut aussi cesser de faire de l'angélisme de plus en plus souvent les petits patrons annonce nt clairement la situation à leur employé.
"Dans le commerce on comptent pas les heures".
"Les 35 heures je les fait en 3 jours".
il en va peut-être de la survie des petits commerces mais ce sont les employés qui trinquent en premier lieu.

je sais bien que ces parole me font passer pour un stalinien avide de sang. mais ce sont des faits

droit du travail 22/04/2006 11:55

je crains, cher elroy, qu'il ne faille modérer vos propos: en effet, si on constate des abus partout, il ne faut pas oublier que travailler le dimanche ou un jour férié pour certaines personnes constituent un plus pour leur rémunération, que la convention collective les protège et que très souvent ils touchent des primes.
On ne vit pas non plus en Arabie....

elroy 22/04/2006 10:08

renouvelez un peu votre argumentaire.
les ouverture dominicals sont imposé aux employés. c'est un fait.
elle le sont, de plus en plus, sans comppensation financiére. c'est un autre fait.
j'admet un peu d'ironie mais les faits restent.
Ou sont vos faits mr Loussin?