Une journée d'un député du Nord à Paris

Publié le par Christian Vanneste

Pour ceux qui imaginent que les députés ne font pas grand chose lorsqu’ils sont à Paris, ma journée d’hier, alors que nous ne sommes pas encore en session, offre un démenti éloquent. Entre 10h et 19h, pas moins de 7 réunions, de l’Afghanistan au Regroupement des Caisses d’assurance maladie de Roubaix et de Tourcoing, en passant par le groupe UMP, le RSA et son financement, la table ronde consacrée aux questions mémorielles et l’audition du Professeur CHAGNOLLAUD sur le bilan de la réforme des Institutions.


Autrement dit, une journée de travail marquée par la diversité des sujets, la complémentarité des interventions parlementaires qui doivent joindre les préoccupations les plus locales aux questions d’intérêt national et même international. Une expérience comme celle-ci me fait à chaque fois appuyer davantage le maintien du scrutin uninominal de circonscription puisque ce sont les « vrais gens » que l’on rencontre sur le terrain qui suscitent les interventions plus ou moins couronnées de succès à Paris.


Par exemple, durant cette journée, j’ai pu interpeler lors de la réunion du Groupe le Premier ministre sur deux sujets : d’abord, le problème des prélèvements obligatoires, et de la création régulière de nouvelles taxes. Ce matin, c’est un responsable de la Fédération nationale des Transporteurs routiers (FNTR) rencontré dans le train qui me rappelait que la taxe sur les poids-lourds allait frapper une profession qui a connu entre le premier et le deuxième trimestre une augmentation de 77% des déclarations de cessation de paiement. Ensuite, j’ai rappelé les courriers envoyés sur les reportages scandaleux contraires à toute déontologie, au respect de l’intérêt national et de la mémoire des soldats français tombés, réalisés par des « journalistes » sur les talibans.


Enfin, la journée s’est terminée par une réunion organisée par mon collègue et ami Thierry LAZARO sur le regroupement des Caisses d’Assurance maladie prévu pour 2011. En ce qui concerne Roubaix et Tourcoing, la décision interviendra sans doute au mois de décembre, et la question du siège social se posera alors. J’ai évidemment plaidé pour que celui-ci soit à Tourcoing, près de la rue de Roubaix… L’objectif est dans ce domaine comme d’autre d’obtenir une plus grande rationalisation du service public. Il faut tenir compte de la progression de la gestion informatique et de la dématérialisation qui entrainent logiquement une diminution de certains postes. Mais deux précisions du directeur général ont été rassurantes : la proximité et l’accueil du public seront améliorés, et surtout la lutte contre la fraude deviendra un objectif prioritaire, dont l’efficacité sera augmentée.


Journée diverse au service d’une politique unique qui consiste à moderniser le pays pour répondre davantage aux exigences actuelles.

Commenter cet article